Un jeune de 17 ans arrêté à Saguenay pour avoir pointé un laser sur un CF-18

0
Huit CF-188 Hornet ont quitté la BFC Bagotville ce matin (28 juin) en route vers Hawaï afin de participer à l’exercice RIMPAC.(Matc S.Picard/Imagerie Bagotville)
Un CF-18 de la base de Bagotville en phase de décollage. (Archives/Matc S.Picard/Imagerie Bagotville)

Un jeune homme qui s’amusait à pointer un laser sur un avion de chasse à la base des Forces canadiennes Bagotville y réfléchira sans doute à deux fois avant de recommencer puisqu’il a été arrêté peu de temps par la police de Saguenay.

Deux avions de chasse CF-18 étaient en phase d’approche quand l’un d’eux a été aveuglé temporairement par un laser. Le pilote en charge de la formation a averti immédiatement la tour de contrôle de la base, qui a notifié la police militaire, qui a elle-même averti la police de Saguenay.

Le lieutenant Christian Michaud du Service de Police de Saguenay a expliqué à 45eNord.ca que la police a effectivement reçu un appel de la police militaire vers 19h35, jeudi soir, indiquant qu’un pilote avait été victime d’un laser pointé en sa direction.

Le premier appareil s’est posé sans difficultés sur la piste de la base, tandis que le deuxième est resté dans les airs pour localiser avec précision à l’aide du GPS l’origine du laser.

À l’aide des coordonnées GPS transmises par l’avion, la police a été capable de retrouver rapidement un groupe de jeunes hommes à l’est de l’aéroport et non loin des pistes et a interpellé un automobiliste de 17 ans de La Baie, qui avait en sa possession un crayon laser.

En interview avec 45eNord.ca, le commandant de la base des Forces canadiennes Bagotville, le colonel Darcy Molstad, lui-même pilote de chasse, n’a pas manqué de souligner la dangerosité d’une telle action.

«Ça peut être très très dangereux. Pour la santé du pilote, mais aussi pour l’appareil lui-même. Nous prenons ça extrêmement au sérieux», de dire le colonel Molstad. Il précise que les règles sont claires et espère que le message sera passé au sein de la population: «il ne faut pas s’amuser à pointer un laser sur un avion».

La Loi sur l’aéronautique est claire. Un tel cas de figure peut valoir cher au jeune homme: 100.000 $ d’amende et jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Ce sera à Transports Canada de déterminer si oui ou non poursuite il y aura une fois l’enquête terminée.

Près de 250 cas d’aveuglement par rayon laser au Québec ont été signalés en 2015 à Transports Canada.

Ce cas n’est pas sans rappeler celui de l’an dernier, alors qu’un militaire, en plein processus de libération, avait pointé un laser le 16 août 2015 sur un hélicoptère de la police de York (Ontario). On peut voir le déroulé des évènements sur la vidéo rendue publique par la police.

Dans un registre connexe, le commandant de la base affirme qu’il n’y a pas encore eu d’incident impliquant des drones, mais qu’une campagne de sensibilisation sera bientôt lancée dans la région. Des pancartes seront notamment placées proche de la base. Rappelons ainsi qu’il est interdit de faire voler un drone dans un rayon de 9 kilomètres (5 mille nautique) entourant la base.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.