La coalition aurait bombardé l’armée syrienne par erreur

0
Un combattant pro-régime à l'aéroport militaire de Deir Ezzor (Syrie) le 12 décembre 2014 (Archives/Thaer Al-Ajlani/AFP)
Un combattant pro-régime à l’aéroport militaire de Deir Ezzor (Syrie) le 12 décembre 2014 (Archives/Thaer Al-Ajlani/AFP)

La coalition internationale contre le groupe État islamique a indiqué samedi avoir bombardé ce qu’elle pensait être une position de combat djihadiste en Syrie, mais elle a mis fin à cette opération dès que Moscou l’a prévenue qu’il s’agissait peut-être de militaires syriens.

«La Syrie est un théâtre d’opérations complexe avec différentes forces militaires et milices agissant dans un périmètre proche, mais la coalition ne ciblerait jamais intentionnellement une unité militaire syrienne», indique un communiqué du commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom). «La coalition va se pencher sur les circonstances de cette frappe et voir si des leçons peuvent en être tirées». Plusieurs dizaines de soldats syriens seraient morts dans ce bombardement.

«Des avions de la coalition américaine ont frappé l’une des positions de l’armée syrienne (…) près de l’aéroport de Deir Ezzor», dans l’est du pays, a indiqué l’armée syrienne dans un communiqué relayé par la télévision d’Etat.

Les raids on eu lieu à 17h locales, selon elle.

Au moins 80 soldats syriens ont été tués dans des frappes aériennes contre une de leur position sur le Jabal Therdeh, au sud de l’aéroport de Deir Ezzor, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), après un premier bilan qui faisait état de 30 soldats tués.

L’OSDH qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie a affirmé ne pas avoir pu identifier les avions à l’origine des frappes.

Une source militaire syrienne a également dit à l’AFP que les frappes de la coalition avaient visé une position de l’armée sur le Jabal Therdeh.

«Il s’agit d’une dangereuse (…) attaque contre l’État syrien et son armée, et la preuve que les États-Unis et ses alliés soutiennent le groupe terroriste Daech (acronyme arabe du groupe État islamique EI)», ont indiqué les forces armées dans un communiqué relayé par l’agence Sana.

Selon le texte, ces raids ont permis une avancée de l’EI dans une zone contrôlée par les troupes syriennes.

L’organe de propagande de l’EI, Amaq, a indiqué tard samedi dans un communiqué que les djihadistes avaient pris «le contrôle totale du Jabal Therdeh qui surplombe l’aéroport de Deir Ezzor».

En Russie, allié du régime de Damas, l’armée a affirmé que «des avions de la coalition internationale antidjihadiste ont mené aujourd’hui quatre frappes aériennes contre les forces syriennes encerclées par l’EI près de l’aérodrome de Deir Ezzor».

«62 soldats syriens ont été tués et une centaine blessés dans ces frappes», a-t-elle affirmé.

Ces frappes interviennent au cinquième jour d’une trêve fragile en Syrie négociée par Washington et Moscou.

La Russie a dénoncé samedi la détérioration de la situation sur le terrain, rejetant sur les États-Unis la responsabilité d’un éventuel échec du cessez-le-feu.

Les commentaires sont fermés.