Fin des exercices américains aux Philippines pour apaiser la Chine

0
Le 20 octobre 2014, en mer de Chine, un F/A-18F Super Hornet du Diamondbacks of Strike Fighter Squadron (VFA) 102 apponte sur le porte-avions de classe Nimitz USS George Washington (CVN 73). Le George Washington et sa force aérienne embarquée, la Carrier Air Wing (CVW) 5, ont pour mission de protéger les intérêts maritimes des États-Unis et de leurs alliés dans la région du Pacifique (Mass Communication Specialist 3rd Class Chris Cavagnaro/U.S, Navy)
Pour apaiser la Chine, les Philippines ne veulent plus faire des exercices conjoints avec les États-Unis. (Archives/Mass Communication Specialist 3rd Class Chris Cavagnaro/US Navy)

Le président Rodrigo Duterte a annoncé aujourd’hui la fin des exercices militaire américains en commun avec les Philippines pour apaiser la Chine. Les prochaines manoeuvres militaires seront les dernières sous son terme.

Cette annonce a été faite lors d’un discours au Vietnam devant la communauté philippine.

D’après le journal GMA News, Duterte a clairement expliqué que cette décision venait de la Chine, qui est furieuse de la présence militaire américaine dans les eaux de la mer de Chine méridionale, comme il sera le cas entre le 4 et 12 octobre sur Luzon et Palawan lors d’un exercice amphibien qui comportera 1 400 troupes américaines et 500 soldats philippins.

Avant la prise de pouvoir par Duterte, les États-Unis et les Philippines avaient conduit des exercices communs en avril dernier, ce qui avait déplu à Beijing. Les médias chinois avaient alors établi un avertissement envers les puissances étrangères qui interfèrent dans les conflits de la mer de Chine méridionale.

La Chine et les Philippines sont engagées dans une dispute maritime, mais Duterte souhaite développer une relation plus proche avec la Chine, ce qui diffère fortement de la politique de son prédécesseur, Benigno Aquino III.

Si Duterte n’a pas établi de bonnes relations diplomatiques avec Obama, notamment avec l’insulte qu’il a adressée au président américain début septembre, les deux pays sont alliés depuis 1951 lorsqu’ils ont signé un traité de défense mutuelle.

Les États-Unis sont aussi le plus gros investisseur étranger aux Philippines, et le deuxième exportateur après le Japon.
La relation diplomatique s’est effritée après que Duterte ait exprimé le désir d’arrêter les patrouilles communes avec les américains dans la mer de Chine méridionale, un accord qui avait été décidé avant l’élection de Duterte.

Un expert de la sécurité des États-Unis, Richard Jacobson, explique que cette décision pourrait encouragez la Chine à exploiter la fragilité et la tension de cette relation diplomatique. Néanmoins, Washington a répondu de manière mature en démontrant de la patience plutôt que de la provocation.

Les commentaires sont fermés.