Le Canada se réjouit de l’élimination complète des armes chimiques de la Libye

0
Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a souligné la contribution du Canada à l'OIAC pour la destruction Heureux des stocks restants d'armes chimiques de Libye. (Twitter @MinCanadaAE)
Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a souligné la contribution du Canada à l’OIAC pour la destruction Heureux des stocks restants d’armes chimiques de Libye. (Twitter @MinCanadaAE)

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a salué aujourd’hui la nouvelle selon laquelle les stocks restants d’armes chimiques en Libye avaient été acheminés en toute sécurité à une installation en Allemagne pour y être détruits.

L’élimination de ces armes chimiques marque l’étape finale d’un effort international pluriannuel pour aider la Libye à mettre fin à son programme d’armes chimiques.

Par l’intermédiaire du Programme de partenariat mondial (PPM), lequel relève d’Affaires mondiales Canada, environ 725 000 $ ont été consacrés à l’opération multinationale destinée à détruire les derniers stocks d’armes chimiques de la Libye, marquant ainsi l’engagement du Canada à prendre des mesures concrètes pour le désarmement et la lutte contre le terrorisme ainsi qu’à renforcer le régime mondial de non-prolifération.

Grâce à ce financement accordé au moyen d’un octroi financier direct, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) bénéficie d’un soutien pour aider la Libye à se débarrasser de ses derniers précurseurs d’armes chimiques. L’OIAC utilisera notamment les fonds canadiens pour déployer des équipes de vérification et leur fournir de l’équipement à cette fin.

L’opération maritime de transport de ce matériel de la Libye vers l’Europe a été dirigée par le Danemark, avec l’aide des marines britannique, espagnole et italienne. Cette opération aurait été impossible sans les contributions financières et en nature de l’Allemagne, du Danemark, de l’Espagne, des États-Unis, de la Finlande, de l’Italie, du Royaume-Uni et de l’Union européenne.

Depuis 2012, le Canada joue un rôle de premier plan dans l’opération visant à mettre un terme au programme d’armes chimiques de la Libye, ayant versé 6 millions de dollars à l’OIAC afin de détruire les stocks de gaz moutarde de la Libye et des centaines de tonnes de précurseurs, et de réemballer tous les produits chimiques restants dans des conteneurs en état de navigabilité. En juillet, le ministre Dion s’est rendu auprès de l’OIAC, à La Haye, où il a discuté directement avec le directeur général de l’Organisation, M. Ahmet Üzümcü, du soutien du Canada à l’élimination de ces armes redoutables.

L’élimination des derniers précurseurs d’armes chimiques de la Libye permettra de s’assurer qu’ils ne tombent pas entre les mains de Daech ou d’autres groupes armés d’Afrique du Nord.

«Empêcher les acteurs non étatiques, y compris les terroristes, d’acquérir et d’utiliser des armes de destruction massive est une priorité absolue du gouvernement du Canada. Le Canada salue ses partenaires pour leur contribution financière et en nature dans cette opération. Nous félicitons également l’OIAC d’avoir coordonné cette entreprise complexe ainsi que le gouvernement d’unité nationale de la Libye d’avoir demandé, puis facilité, l’élimination de ces armes.», a déclaré le chef de la diplomatie canadienne, Stéphane Dion.

Les faits en bref

L’OIAC est un organe de traité indépendant établi en 1997 pour mettre en œuvre la Convention sur les armes chimiques (CAC). Avec 192 États parties, la CAC est l’un des traités comptant le plus grand nombre de signataires dans le monde. La Libye y a adhéré en 2004.

L’OIAC est la seule institution multilatérale chargée d’éliminer une catégorie entière d’armes de destruction massive. Jusqu’à maintenant, elle a vérifié l’élimination de 93 p. 100 des armes chimiques déclarées à l’échelle mondiale. L’OIAC a reçu le prix Nobel de la paix en 2013 pour ses réalisations.

Le Canada joue un rôle de premier plan à l’OIAC depuis 1997. À titre de plus grand bailleur de fonds volontaire de l’Organisation, le Canada lui a versé 22 millions de dollars depuis 2012 pour contribuer à détruire les armes chimiques en Libye et en Syrie, et à enquêter sur des allégations de recours à des armes chimiques dans le conflit syrien.

Les fonds canadiens destinés à mettre fin au programme libyen d’armes chimiques sont octroyés par l’intermédiaire du PPM. Placé sous la gouverne d’Affaires mondiales Canada, le PPM a été établi en 2002 pour réduire les menaces posées par la prolifération des armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, ainsi que de l’équipement et de l’expertise qui s’y rattachent.

Les quelque 725 000 $ déboursés par le PPM sont attribués à l’OIAC afin de l’aider dans ses activités de destruction et de vérification.

Les commentaires sont fermés.