Les bourses scolaires pour les enfants de vétérans prouvent une reconnaissance accrue envers les militaires atteints de troubles psychologiques

0
Jusqu'à maintenant, les bourses scolaires étaient exclusivement destinés aux enfants de militaires décédés. (Archives/ACC)
Jusqu’à maintenant, les bourses scolaires étaient exclusivement destinés aux enfants de militaires décédés. (Archives/ACC)

Dans un article du Globe and Mail du 11 septembre 2016, Renata d’Aliesio examine le changement récent qui se produit envers la reconnaissance des vétérans canadiens. Ce changement est démontré par un nouveaux programme de bourses scolaires qui sont attribuées aux enfants de militaires souffrant du SSPT (syndrome de stress post-traumatique).

Kayla Wiens, une étudiante universitaire venant de Sooke en Colombie-Britannique a eu accès au nouveau programme créé en mars 2016 nommé “The Wounded Warriors Canada scholarship fund”, qui est le premier programme au Canada qui souhaite concrètement aider les enfants de militaires actifs ou retraités affectés par une blessure de stress opérationnel, ce qui inclut le SSPT ou tout autre trouble psychiatrique liés à leurs activités militaires.

Cette bourse s’applique aussi aux enfants étudiants qui ont perdu un parent militaire par le suicide. En effet, le Winnipeg Free Press rapporte que plus de 60 soldats Canadiens revenus de leur missions en Afghanistan ont commis un suicide.

En décembre dernier, 45eNord.ca vous a relaté l’histoire de ce militaire de Toronto ayant servi à deux reprises en Afghanistan en 2005 et 2007 en tant que spécialiste du renseignement et qui souffrait d’un SSPT. En 2015, il avait projeté sa femme enceinte du haut du 21ème étage de son immeuble avant de se donner la mort de la même façon.

Le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire a publiquement défendu le fait de recenser les suicides liés au SSPT suite à un conflit comme des décès de combat. Dallaire a lui-même grandement contribué à l’idée que les blessures psychologiques sont autant dévastatrices que les blessures physique.

Cette nouvelle bourse apporte donc un grand changement pour les vétérans et leurs familles. Elle démontre que le gouvernement et la société reconnaissent leur sacrifice tout en prenant compte de l’effet dévastateur sur le soldat et son entourage qui peut survenir après un retour à la vie quotidienne. Cette forme de reconnaissance est essentielle explique d’Aliesio, car les autres aides d’éducation pour les familles de militaires sont exclusivement envers les enfants de soldats décédés.

Kayla Wiens fait partie des huit autres élèves choisis pour recevoir une bourse de 5.000 $ pour cette année scolaire, ce qui va l’aider pour son programme de quatre ans en thérapie sportive à Camosun College à Victoria. Scott Maxwell, le directeur exécutif de Wounded Warriors, souhaite que la bourse, qui a une valeur de 40.000 $ au total, puisse continuer de s’agrandir afin d’aider le plus de familles possible vivant actuellement dans des conditions délicates et complexes comme le montre le père de Kayla, Dwight Wiens, qui affirme qu’au Canada, les militaires qui sont honorés sont les morts, et que ceux qui rentre sont souvent oubliés, ou du moins ignorés du reste de la société.

Les commentaires sont fermés.