Libye: les forces parallèles de l’est prennent un 3e terminal pétrolier

0
Le GNA, dirigé par Fayez el Sarraj, appelle à la mobilisation de ses troupes pour reconquérir les terminaux pétroliers, pris par une brigade loyale au général Khalifa Haftar.(AFP/MAHMUD TURKIA)
Le GNA, dirigé par Fayez el Sarraj, appelle à la mobilisation de ses troupes pour reconquérir les terminaux pétroliers, pris par une brigade loyale au général Khalifa Haftar.(Archives/AFP/MAHMUD TURKIA)

Les forces des autorités basées dans l’est de la Libye ont annoncé lundi avoir pris un troisième terminal pétrolier à une milice loyale au gouvernement d’union nationale reconnu par la communauté internationale.

—-
Mise à jour au 13/09/2016

Les forces du gouvernement non reconnu de Libye se sont emparées mardi du dernier des quatre terminaux du Croissant pétrolier, le cabinet d’union soutenu par l’ONU perdant ainsi le contrôle de ces installations cruciales pour l’économie du pays.

Les forces du général Khalifa Haftar, chef de l’armée liée au gouvernement non reconnu basé dans l’Est, se sont emparées du terminal de Brega « sans combats (…) et grâce aux habitants et notables de Brega », a indiqué à l’AFP l’officier Moftah al-Magrif, un responsable des gardes des installations pétrolières pro- Haftar.

« Nous contrôlons désormais la totalité de la région du Croissant pétrolier », a-t-il dit.Le Croissant pétrolier s’étend le long d’une baie en forme de croissant entre les localités de Marsa el-Brega et Ben Jawad, dans le nord-est du pays et regroupe les principaux ports pétroliers. Outre Ras Lanouf et al-Sedra, il comprend le terminal de Zueitina, fermé et celui de Marsa el-Brega qui fonctionne sporadiquement.

—-

« Nos forces ont réussi à prendre le contrôle du port de Zoueitina et à le sécuriser entièrement », a indiqué à l’AFP Mohamed al-Azoumi, porte-parole d’une brigade loyale au général Khalifa Haftar, chef proclamé de l’armée liée au gouvernement non reconnu basé dans l’est.

Elles avaient déjà pris dimanche les terminaux d’al-Sedra et de Ras Lanouf, les plus importants du pays, situés dans le Croissant pétrolier, dans l’est.

Une agence de presse proche du gouvernement de l’est basé à al-Baïda a aussi annoncé que le port de Zoueitina était « entièrement tombé entre les mains des forces armées de ce gouvernement et que les miliciens hors la loi ont été chassés du secteur », en référence aux Gardes des installations pétrolières (GIP).

Le gouvernement d’union (GNA) a condamné dimanche soir l’offensive surprise lancée par les troupes d’Haftar, qualifiée d' »agression flagrante contre les acquis du peuple libyen, qui porte atteinte à la souveraineté nationale ». Il a appelé à la mobilisation de ses troupes pour reconquérir les terminaux pétroliers.

Dans un deuxième communiqué, au ton plus conciliant, publié dans la nuit, le GNA a estimé que les attaques contre les terminaux pétroliers étaient « contraires au processus de réconciliation » engagé dans le pays et risquaient d' »entraîner le pays dans un tournant dangereux ».

La production pétrolière de la Libye, qui dispose des réserves pétrolières les plus importantes d’Afrique estimées à 48 milliards de barils, est passée de 1,5 million de barils par jour (bj) à environ 200.000 bj depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Les commentaires sont fermés.