Plus de 23.000 participants et 30.000 spectateurs à la 9e Course de l’Armée (PHOTOS/VIDÉO)

0

Dimanche 18 septembre, plus de 23.000 participants ont couru, marché et roulé dans la région de la capitale nationale devant près de 30 000 spectateurs à l’occasion de la 9e édition annuelle de la Course de l’Armée du Canada qui devait concurrencer deux autres événements alors qu’Ottawa était aussi ce week-end aussi l’hôte de la cérémonie de la Bataille d’Angleterre et de la Course Terry Fox.

Durant la course, les membres du personnel des Forces armées canadiennes et les militaires malades et blessés étaient accompagnés de participants de tous les âges et de tous les niveaux de conditionnement physique.

Étaient présents comme chaque année le gouverneur général David Johnston, commandant en chef du Canada, et son épouse Sharon, tous deux parrains de la Course de l’Armée du Canada.

En outre, plusieurs invités de marque ont effectué la course aux côtés des participants, notamment le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, et le lieutenant-général Paul Wynnyk, commandant de l’Armée canadienne, qu’on a eu le plaisir de voir entrer dans la tente VIP… le souffle un peu court, mais fier de sa performance.

Pour sa part, le ministre Sajjan, un ancien militaire comme tout le monde le sait, s’est montré probablement en relevant le Défi du Commandant, le ministre le plus en forme qu’ait jamais compté un gouvernement: après avoir serré des mains et parlé avec plusieurs participants et spectateurs, le ministre de la Défense a fait sans fléchir le 5 km suivi du demi-marathon de 21,5 km.

Chez les participants, au 5 km, Alex Berhe a remporté la première place chez les hommes, et Katie Phillips la première place chez les femmes;

Au 5 km pour les militaires malades/blessés, la première place chez les hommes, a été à Mohammad Khashan et, chez les femmes, à Ruth Hurst.

Au demi-marathon, Thomas Des Brisay a remporté la première place chez les hommes et Rachel Hannah la première place chez les femmes.

Et au demi-marathon pour les militaires malades/blessés, Joey Desjardins a gagné la première place chez les hommes et Christine Gauthier la première place chez les femmes.

« Les membres des Forces armées canadiennes font des sacrifices chaque jour pour assurer la sécurité de notre pays, ici-même ou à l’étranger. L’énorme soutien que nous recevons des Canadiens représente une grande leçon d’humilité. Au nom de l’Armée canadienne et de nos familles, merci. Au plaisir de vous voir l’an prochain pour célébrer notre 10e anniversaire. », a déclaré le lieutenant-général Paul Wynnyk, commandant de l’Armée canadienne

La Course de l’Armée du Canada est un événement rare, voire unique par son envergure, a souligné pour sa part en entrevue à 45eNord.ca l’organisateur de la Course, le major Gus Garant. Si les civils ont plusieurs occasions de voir les militaires à l’oeuvre lors des journées portes ouvertes, les démonstration des Snowbirds et d’autres événements du genre, la Course de l’Armée, elle, réunit, côte à côte, civils et membres des Forces armées canadiennes et des coureurs de tous âges.

« La Course de l’Armée est une belle façon de se rapprocher des Canadiens, des Canadiennes. Sans eux, nous ne serions pas capables de faire ce que nous demande le gouvernement », n’a pas hésité à affirmer le major.

Seul au Canada un autre événement du genre, la Course Terry Fox, donne ainsi aux civils et militaires l’occasion de se mêler et de relever ensemble un défi.

Et l’organisation de la Course de l’Armée n’est pas une mince affaire. Elle commence dès le lendemain de la fin de la course et s’échelonne sur toute l’année. Elle implique des centaines d’organisateurs et des milliers bénévole: près de 5 000 heures de travail, nous confiait l’adjudant-chef Alain Guimont, sergent-major de l’Armée canadienne, qui a travaillé ferme lui aussi à superviser le travail des organisateurs et volontaires pour assurer le succès de l’événement.

Pour l’adjudant-chef Guimont, rencontré sur place, la course n’est pas seulement une occasion de se rencontrer, mais de s’apprécier: « Une occasion pour la population de remercier nos militaires, mais aussi une occasion pour les militaires de remercier la population canadienne. ».

En outre, depuis 2008, la Course de l’Armée du Canada a permis d’amasser plus de 1,6 million de dollars à l’appui du programme Sans limites et du Fonds pour les familles des militaires – deux programmes de soutien financier des Forces armées canadiennes qui viennent en aide aux militaires malades et blessés et aux familles de militaires dans le besoin.

Nouveauté cette année, le Défi du commandant est une épreuve officielle de la Course de l’Armée dans le cadre de laquelle les participants courent, marchent ou roulent aux épreuves du 5 km et du demi-marathon.

Lorsqu’ils ont terminé le défi, les participants reçoivent une pièce spéciale ainsi que leurs médailles en forme de plaque d’identité militaire.

Également nouveau cette année, le Défi de Juno, où les enfants qui ont terminé un parcours à obstacles à thème militaire au Coin des petits de la BMO reçoivent une médaille spéciale.

Et l’an prochain, de nous confier également le major Garant, l’édition de la Course de l’Armée sera différente des précédentes alors qu’on célébrera son dixième anniversaire, le centième anniversaire de la Bataille de Vimy et le 150e anniversaire de notre pays. Il devrait donc y avoir beaucoup d’emphase sur ces moments historiques

De plus, l’an prochain, une course de 10 km viendra s’ajouter ces épreuves, nous a aussi appris le major.

Donc, rendez-vous l’an prochain alors qu’une caractéristique majeure demeurera: la Course de l’Armée du Canada offrira pour une dixième fois cette occasion rare et exceptionnelle pour les civils d’interagir avec l’Armée canadienne…et vice-versa!

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.