Une équipe de reconnaissance des Forces armées canadiennes en Lettonie, et une autre au Mali

0
Attaque canadienne lors d’un scénario d’opérations urbaines, durant ANAKONDA 16, en Pologne, le 14 juin 2016. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Des militaires canadiens de l’Opération REASSURANCE, en action durant un scénario d’opérations urbaines, lors de l’exercice ANAKONDA 16, en Pologne, le 14 juin 2016. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Une équipe de militaires des Forces armées canadiennes se trouve actuellement en Lettonie pour procéder aux premières évaluations des besoins, nécessaires pour orienter la mise sur pied et le maintien en puissance d’un groupement tactique multinational pour le compte de l’OTAN en territoire letton, auquel le Canada a promis de prendre part en le commandant.

L’équipe de reconnaissance, commandée par le commodore Brian Santarpia, est composée de l’Équipe de la Défense spécialisés dans les domaines suivants: planification opérationnelle, politiques, formation militaire, logistique, médecine, transmissions et communications, transport et finance.

Dans le cadre de leur séjour, les militaires participent à plusieurs séances d’information et activités en compagnie de représentants officiels de la Lettonie et d’autres pays alliés.

Le voyage a pour objectif de recueillir des renseignements qui soutiendront les recommandations formulées à l’intention de l’état-major des FAC pour mener à bien la mission terrestre exécutée dans le cadre de l’opération REASSURANCE en Lettonie.

Comme annoncé le 8 juillet dernier lors du Sommet de l’OTAN à Varsovie (Pologne), les Forces armées canadiennes doivent déployer des militaires et de l’équipement en Lettonie en 2017 en vue de diriger un groupement tactique multinational. Ce faisant, le Canada deviendra l’une des quatre nations-cadres aux commandes de la présence avancée renforcée de l’Alliance en Europe de l’Est.

La mise sur pied de ce groupement tactique terrestre s’inscrit dans le cadre du mandat renouvelé de l’opération REASSURANCE, qui désigne le soutien apporté par les Forces armées canadiennes aux mesures d’apaisement et de dissuasion appliquées par l’OTAN en Europe centrale et en Europe de l’Est.

«Dans le cadre de leur collaboration avec leurs alliés de la Lettonie et des autres pays membres de l’OTAN, les professionnels qualifiés des Forces armées canadiennes apportent leur vaste bagage d’expérience et d’expertise au processus d’évaluation des besoins nécessaire à la mise en œuvre d’une opération efficace et viable», a déclaré le commodore Brian Santarpia, Directeur général plans à l’État-major interarmées stratégique.

Actuellement, l’Opération REASSURANCE se compose de deux capacités, une terrestre en Pologne et une maritime. Dans le cadre de la nouvelle mission, le Canada déploiera les capacités suivantes:

  • Capacités terrestres: le Canada jouera un rôle de direction à titre de l’une des quatre nations-cadres, et sera responsable de la mise sur pied d’un groupement tactique multinational pour le compte de l’OTAN en Lettonie (450 soldats)
  • Capacités maritimes: les FAC déploient systématiquement une frégate, par rotation, pour assurer une présence permanente, et continueront de le faire, afin que celles-ci puissent être employées dans le cadre d’exercices et de tâches opérationnelles principalement avec les forces maritimes de l’OTAN basées dans les zones de responsabilité du commandement maritime de l’OTAN (225 marins)
  • Capacités aériennes: Une force opérationnelle aérienne, formée d’au plus six chasseurs CF-18, ainsi que des équipages et du personnel de commandement et de soutien, mènera périodiquement des activités de surveillance et de police aériennes dans les zones de responsabilités de l’OTAN en plus d’autres activités d’entraînement bilatérales et multilatérales. (200 pilotes et personnels de soutien)

En Lettonie… mais aussi au Mali

Dans le cadre du retour du Canada aux opérations de paix des Nations Unies, le gouvernement envoie également une équipe de reconnaissance au Mali, composée d’un contingent pangouvernemental de représentants d’Affaires mondiales Canada, du ministère de la Défense nationale et de la Gendarmerie royale du Canada.

L’objectif de la mission de reconnaissance qui vient de commencer vise à parfaire les connaissances et la compréhension des Forces armées canadiennes à la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali) afin d’être en mesure de conseiller le gouvernement du Canada, en ce qui à trait à la politique, la diplomatie, le développement, l’aide humanitaire et la sécurité. «Nous rencontrerons des représentants officiels des pays hôtes, de l’ambassade du Canada au Mali et de l’état-major de la MINUSMA. Le principal objectif consiste à fournir au gouvernement du Canada une orientation et des conseils pertinents», explique ainsi les Forces dans un courriel envoyé à 45eNord.ca.

Les missions de reconnaissance sont par nature des missions d’établissement des faits; elles nous aident à procéder aux évaluations requises. Aucune décision formelle n’a encore été prise par le gouvernement quant à la participation future du personnel des Forces armées canadiennes aux missions de paix de l’ONU.

Les Forces rappellent que «le fait de procéder à une mission de reconnaissance au Mali ne signifie pas qu’une décision a été prise concernant la participation du Canada aux opérations de soutien de la paix en territoire malien» et que des «discussions sont en cours».

Le gouvernement a promis de déployer jusqu’à 650 militaires et 150 policiers dans au moins deux missions des Nations Unies sans toutefois préciser quels pays seront visés, et s’engagera à hauteur de 150 millions $ par an sur au moins trois ans.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.