Après 46 ans de travail dévoué, le NCSM Preserver est mis hors service

0
La Capc Marier, commandant du NCSM Preserver, quitte son navire pour la dernière fois. (MARLANT)
La Capc Marier, commandant du NCSM Preserver, quitte son navire pour la dernière fois. (MARLANT)

Le service du NCSM Preserver dans la Marine royale canadienne a pris fin ce vendredi 21 octobre 2016. Le navire été mis hors service et a reçu un dernier hommage de la part des soldats, marins et aviateurs d’hier et d’aujourd’hui, hommes et femmes, dans le cadre d’une cérémonie tenue à l’Arsenal CSM d’Halifax.

Il était le deuxième et dernier navire de ravitaillement de la Marine royale canadienne, après que son jumeau, le NCSM Protecteur ait été lui aussi décommissionné après 46 ans de service, en mai 2015, après qu’un puissant incendie ait ravagé la salle des machines.

La cérémonie de mise hors service signale la fin des activités menées avec dévouement par ce pétrolier ravitailleur au sein de la Marine royale canadienne. Les besoins actuels de la marine canadienne en matière de pétroliers ravitailleurs sont comblés en vertu d’accords de soutien logistique mutuel entre le Canada, le Chili et l’Espagne.

«Le NCSM Preserver a servi la Marine royale canadienne avec grande distinction. À chacun de ses voyages, le Preserver a contribué à mousser la réputation d’excellence opérationnelle de la Marine. Des milliers de marins et d’aviateurs ont donné vie à la devise du Preserver: Le cœur de la Flotte. C’est un véritable honneur que d’avoir servi à bord du Preserver, puisque le navire était fréquemment appelé à soutenir les groupes opérationnels navals à court préavis pour servir nos intérêts nationaux en matière d’intervention d’urgence et de conflits», a déclaré le contre-amiral John Newton, commandant des Forces maritimes de l’Atlantique.

Regardant vers l’avant, le commandant de la Marine royale canadienne, le vice-amiral Ron Lloyd estime que «même si la période de service du navire lors d’opérations navales a pris fin, la mission de la Marine royale canadienne, elle, se poursuit. Des navires de la MRC sont déployés partout dans le monde, de la mer des Caraïbes à l’océan Pacifique, à l’appui de plusieurs opérations internationales».

En anglais, on utilise le terme «paying off» pour parler de la mise hors service d’un navire. On fait ainsi référence à la pratique britannique appliquée à l’ère de la navigation à la voile, voulant que les membres de l’équipage ne reçoivent leurs gages qu’une fois le voyage terminé. La tradition se poursuit dans la MRC, alors que le terme est employé pour désigner la cérémonie officielle lors de laquelle le pavillon de beaupré, le pavillon du navire et la flamme de mise en service sont rentrés. L’équipage quitte le navire pour une dernière fois et le navire cesse d’être un NCSM.

Le NCSM Preserver a participé à de nombreuses missions et opérations, notamment à la mission de maintien de la paix de l’ONU à Chypre et au renforcement des sanctions sur l’ancienne Yougoslavie, ainsi qu’aux opérations DELIVERANCE, APOLLO, et CARIBBE, entre autres.

On estime qu’au cours des 46 années de service du NCSM Preserver, plus de 8 000 marins ont fait partie de son équipage.

Pendant sa durée de vie utile, le Preserver a consommé et livré plus de 8 millions de litres, ou 800 000 m3, de carburant depuis sa mise en service. Cela équivaut à faire le plein d’une voiture de série 13,5 millions de fois.

Le NCSM Preserver fait 564 pieds de longueur, 76 pieds de largeur et 22 100 tonnes de déplacement. La puissance du moteur s’élève à 21 000 SHP (puissance sur l’arbre en chevaux) et le navire atteint une vitesse maximale de 20 neufs. En général, son équipage est composé de 270 officiers et militaires du rang.

En vertu des accords de soutien logistique mutuel passés avec l’Espagne et le Chili, la Marine royale canadienne bénéficie d’un accès limité aux capacités de ces pays pour pallier son manque de capacités. À l’heure actuelle, c’est le navire de ravitaillement espagnol ESPS Patino qui soutient la Flotte de l’Atlantique.

Le mode d’élimination du NCSM Preserver sera déterminé en temps voulu, en s’assurant de prendre toutes les précautions nécessaires sur les plans de l’environnement, de la sécurité et des finances. Le Preserver pourrait être vendu, donné ou démantelé pour en récupérer la ferraille.

Les commentaires sont fermés.