Corée du Nord: regain d’activité sur une base de lancement

0
Photo fournie le 7 février 2016 par l'agence officielle nord-coréenne montrant le décollage d'une fusée emportant un satellite depuis un endroit non précisé. (KCNA/AFP/KCNA VIA KNS)
Photo fournie le 7 février 2016 par l’agence officielle nord-coréenne montrant le décollage d’une fusée emportant un satellite depuis un endroit non précisé. (Archives#KCNA/AFP/KCNA VIA KNS)

Une analyse publiée dimanche de récentes images satellite d’un site de lancement laisse penser que la Corée du Nord pourrait s’apprêter à mener un nouvel essai nucléaire ou à lancer un missile de longue portée.

Cette spéculation est alimentée par le fait que le pays fêtera lundi le 71e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs.

Les derniers essais nucléaires ou tirs de missiles ont en effet souvent été menés à l’occasion de dates spéciales.

Le dernier essai nucléaire, le 9 septembre, avait été conduit le jour de l’anniversaire de la fondation de la Corée du Nord.

La dernière analyse des images satellites envoyées par l’Institut américano-coréen de l’Université Johns Hopkins montre une activité accrue sur la base de lancement de satellites de Sohae, dans l’ouest du pays.

Ces images, prises le 1er octobre, montrent des caisses à côté du portique de lancement, des véhicules stationnant à côté des bâtiments où se situe le carburant et des travaux en cours autour de l’installation où se trouve le banc d’essai du moteur.

«Cependant, comme le portique de lancement et les structures de lancement sont recouverts, il n’est pas facile de savoir si ces activités sont liées à des préparatifs en vue d’un lancement ou à d’autres opérations», selon les analystes.

Le 7 octobre, le même institut avait affirmé qu’une analyse d’images satellite du site de Punggye-ri, dans le nord-est de la Corée du Nord, témoignait d’activité sur trois tunnels.

Cela avait déjà alimenté les spéculations sur la préparation d’un sixième test nucléaire.

La Corée du Nord a déjà mené deux essais cette année, en janvier et septembre, et les spécialistes considèrent qu’elle est en mesure d’en réaliser un troisième, dès que l’ordre en sera donné.

La Corée du Nord a essuyé cinq salves de sanctions de l’ONU depuis son premier essai de 2006, mais n’a montré aucun signe de vouloir dévier de sa course.

L’énergie dégagée par l’essai de septembre a été estimée à 10 kilotonnes, soit le test le plus puissant jamais mené par le Nord, près de deux fois plus puissant que celui de janvier.

Les commentaires sont fermés.