Irak: la coalition a probablement tué des combattants pro-gouvernement

0
La coalition contre le groupe État islamique a reconnu avoir très probablement tué par erreur des combattants sunnites alliés des forces gouvernementales irakiennes, dans un bombardement mercredi près de Mossoul (nord). (AFP/Archives/AHMAD AL-RUBAYE)
La coalition contre le groupe État islamique a reconnu avoir très probablement tué par erreur des combattants sunnites alliés des forces gouvernementales irakiennes, dans un bombardement mercredi près de Mossoul (nord). (AFP/Archives/AHMAD AL-RUBAYE)

La coalition contre le groupe État islamique a reconnu avoir très probablement tué par erreur des combattants sunnites alliés des forces gouvernementales irakiennes, dans un bombardement mercredi près de Mossoul (nord), selon un responsable américain.

Le bombardement près la ville de Qayyarah « était très probablement une frappe de la coalition » a indiqué ce responsable, soulignant que les militaires étaient « toujours en train » de rassembler des informations sur les faits.

Selon des responsables irakiens, le raid aérien a tué 21 combattants de tribus sunnites alliées aux forces gouvernementales irakiennes près de Mossoul, bastion de l’EI.

Il y a deux semaines, la coalition avait déjà reconnu une erreur de cible pour un bombardement meurtrier en Syrie, qui a fait au moins 90 morts dans l’armée syrienne – contre laquelle la coalition n’est pas en guerre.

Cheikh Nazhan Sakhr al-Lihaybi, le commandant des 21 combattants qui ont été tués mercredi, a indiqué que ces derniers avaient été bombardés au moment où ils se rassemblaient après avoir repoussé une attaque de l’EI.

Le ministre de l’Agriculture, Falah Hassan Zeidane, issu d’une tribu de la région de Qayyarah, a également confirmé le bilan de 21 combattants tués.

Cheikh Lihaybi a par ailleurs fait état de cinq combattants blessés et M. Zeidane de quatre.

Ce raid intervient alors que les forces pro gouvernementales s’apprêtent à lancer une offensive d’envergure pour reprendre Mossoul aux jihadistes.

Les autorités irakiennes n’ont pas encore annoncé de date précise pour le début de l’opération, mais plusieurs responsables occidentaux ont évoqué le mois d’octobre.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a promis mardi aux habitants de Mossoul une victoire « proche ».

A la faveur d’une offensive fulgurante en 2014, l’EI s’est emparé de plusieurs régions au nord et à l’ouest de Bagdad et a fait de Mossoul, deuxième ville du pays, son principal bastion en Irak.

Les forces irakiennes, avec l’appui de la coalition internationale, ont depuis repris aux jihadistes de nombreuses régions.

Les commentaires sont fermés.