L’armée américaine détecte un tir raté de missile nord-coréen

0
Cette photographie non datée transmise à l'AFP par l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA le 24 mars 2016 montre le tir d'un missile en Corée du Nord. (KCNA VIA KNS/AFP/KCNA)
Cette photographie non datée transmise à l’AFP par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA le 24 mars 2016 montre le tir d’un missile en Corée du Nord. (KCNA VIA KNS/AFP/KCNA)

L’armée américaine a dit samedi avoir détecté un tir raté de missile balistique à portée intermédiaire ayant la capacité d’atteindre des bases américaines aussi éloignées que celles de Guam, dans le Pacifique, a-t-on appris de source militaire américaine.

«Les systèmes du centre de commandement stratégique américain (US Stratcom) ont détecté ce qui est selon nous un tir raté de missile nord-coréen» à 03H33 GMT samedi près de Kusong, dans le nord-ouest, écrit l’US Stratcom dans un communiqué. «Il s’agirait d’un missile balistique à portée intermédiaire Musudan» (bien Musudan), a-t-il précisé.

La Corée du Nord a procédé jusqu’à présent à sept reprises au lancement de ce type de missile, avec seulement une réussite partielle.

Le tir de samedi «n’a pas présenté de menace pour l’Amérique du nord», a précisé cependant l’US Stratcom dans un communiqué.

Le missile Musudan dispose théoriquement d’une portée comprise entre 2500 et 4000 kilomètres, ce qui le rend susceptible d’atteindre les bases militaires américaines de Guam.

Après une série de cinq lancements ratés, la Corée du Nord a procédé au lancement d’un missile Musudan en juin dernier qui a effectué une trajectoire de 400 kilomètres avant de s’abîmer dans la mer du Japon.

De tels lancements sont généralement détectés par les militaires américains ou sud-coréens dans les premières heures ou même minutes et les raisons pour lesquelles l’US Stratcom a annoncé ce tir aussi tardivement restent inconnues.

Il n’y a pas eu de confirmation immédiate de ce tir du côté de la Corée du Sud.

Ces tirs de missiles Musudan s’inscrivent dans le cadre des efforts de Pyongyang pour se doter de missiles balistiques intercontinentaux.

La Corée du Nord est soumise à plusieurs séries de sanctions internationales, encore renforcées en mars dernier, depuis son premier essai nucléaire en 2006. Mais cela ne l’a pas dissuadée de poursuivre ses programmes militaires sans relâche.

Les commentaires sont fermés.