Manille suspend les patrouilles en mer conjointes avec les États-Unis

0
Rodrigo Duterte, président philippin, le 5 septembre 2016, à Hangzhou (Chine) et Davao (Philippines). (SAUL LOEB / AFP)
Rodrigo Duterte, président philippin, le 5 septembre 2016, à Hangzhou (Chine) et Davao (Philippines). (Archiver/SAUL LOEB/AFP)

Les Philippines ont annoncé vendredi avoir officiellement informé les États-Unis de la suspension des patrouilles conjointes en mer de Chine méridionale avec cet allié de longue date, conformément aux ordres du président Rodrigo Duterte.

« Elles ont été suspendues pour le moment. Ils le savent déjà », a déclaré à des journalistes le secrétaire d’Etat à la Défense, Delfin Lorenzana, ajoutant qu’il en avait informé le commandant de la flotte américaine du Pacifique lors de sa récente visite à Hawaï.

M. Lorenzana a toutefois observé qu’il n’était pas sûr à 100% des projets finaux de M. Duterte concernant ces patrouilles conjointes: « Elles n’auront plus lieu jusqu’à ce que nous clarifiions ce qu’il veut dire ».

Les Philippines et les États-Unis avaient commencé à planifier des patrouilles conjointes sous le précédent gouvernement qui voulait augmenter la présence militaire américaine dans la région, pour faire face à Pékin cherchant à accroître son contrôle sur la mer de Chine méridionale.

M. Duterte, arrivé au pouvoir le 30 juin pour six ans, a rapidement changé de cap en mettant l’accent sur la coopération et le dialogue avec la Chine.

Le nouveau président philippin a très vite manifesté sa profonde antipathie pour les Etats-Unis et s’est répandu en injures après les critiques de Washington à l’égard de sa guerre contre la drogue qui a déjà fait plus de 3.300 morts, soulevant des préoccupations concernant des meurtres extra-judiciaires.

« J’ai perdu mon respect pour l’Amérique », avait déclaré M. Duterté mardi, menaçant de rompre totalement les liens avec les Etats-Unis.

Fin septembre, il avait qualifié le président américain Barack Obama de « fils de pute ».

Les commentaires sont fermés.