Colombie: la mission de l’ONU va accélérer son déploiement pour superviser le cessez-le-feu

0
L'écusson d'un Farc près de Montealagre, en Colombie (Archives/Luis Robayo/AFP)
L’écusson d’un Farc près de Montealagre, en Colombie (Archives/Luis Robayo/AFP)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a accepté lundi d’accélérer le déploiement d’une mission d’observateurs militaires afin de superviser le cessez-le-feu entre les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie) et le gouvernement colombien en attendant un accord de paix formel.

À l’issue d’un échange de lettres, le Conseil a accepté les recommandations du secrétaire général Ban Ki-moon de déployer 400 observateurs afin de superviser ce cessez-le-feu bilatéral.

Celui-ci a été maintenu entre gouvernement et Farc malgré l’échec du referendum qui devait entériner un accord de paix en bonne et due forme.

Seuls 152 de ces observateurs sont déjà arrivés sur place. Dans sa lettre, M. Ban demandait de « rapidement augmenter les capacités de la mission ». Il suggérait d’envoyer de suite 68 observateurs supplémentaires en Colombie.

Dans cette lettre obtenue par l’AFP, M. Ban soulignait que la présence des observateurs « aide à renforcer dans le public le sentiment « (…) qu’un point de non retour a été atteint dans la recherche de la paix ».

Le président Juan Manuel Santos et le chef des Farc, Timoleon Jimenez, ou « Timochenko », avaient signé le 26 septembre un accord pour mettre fin à 52 ans d’un conflit qui a fait 260.000 morts.

« Mais les électeurs colombiens ont rejeté le 2 octobre ce texte historique à une très courte majorité, obligeant les deux parties à reprendre les pourparlers.

Si le « oui » l’avait emporté le 2 octobre, la mission de l’ONU aurait été chargée de vérifier le dépôt des armes par la guérilla dans 27 points de concentration.

Les commentaires sont fermés.