Israël/Palestine: David Johnston réitère le soutien du Canada à la «solution à deux États»

0
Le gouverneur général du Canada, David Johnston, inspecte la garde d’honneur le 4 novembre à Ramallah en compagnie du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. (Sgt Johanie Maheu, Rideau Hall)
Le gouverneur général du Canada, David Johnston, inspecte la garde d’honneur le 4 novembre à Ramallah en compagnie du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. (Sgt Johanie Maheu, Rideau Hall)

Rompant avec la politique d’appui inconditionnel à Israël du gouvernement précédent, le gouverneur général David Johnston a plutôt réitéré le soutien du Canada à l’égard des négociations de paix entre Israël et la Palestine, à la conclusion samedi à Ramallah, en Palestine, de son voyage de huit jours au Moyen-Orient.

M. Johnston, qui estime qu’une résolution de ce conflit remédierait à de nombreux problèmes qui plongent la région dans la tourmente. prône clairement la « solution à deux États » à laquelle certains ne croient plus, soit la création d’un État palestinien indépendant, au côté d’Israël.

Le gouverneur général et son épouse Mme Sharon Johnston ont terminé le 3 novembre la première visite d’État d’un gouverneur général en Israël. En compagnie de délégués canadiens représentant des secteurs d’activités reliés aux objectifs de la visite, ils ont « confirmé le rôle du Canada en tant qu’ami loyal d’Israël et démontré l’engagement du pays à renforcer ses relations bilatérales et à respecter une solution fondée sur la coexistence de deux États », souligne un communiqué de Rideau Hall.

Puis, à Ramallah, en Cisjordanie, les 4 et 5 novembre, David Johnston a souligné l’importance de la relation entre les Canadiens et les Palestiniens dans les domaines de l’aide humanitaire, du développement économique, de la sécurité, de l’éducation et de l’innovation.

La visite à Ramallah représentait la dernière étape d’une mission d’une semaine au Moyen-Orient dont la première partie s’est déroulée au Royaume hachémite de Jordanie, du 29 octobre au 1er novembre.

Ce voyage s’inscrit dans le cadre de l’engagement des libéraux à revoir la position du Canada en ce qui a trait au Proche-Orient – après une décennie d’appui indéfectible à Israël sous Stephen Harper.

Son séjour a coïncidé avec des inquiétudes croissantes sur le sort du processus de paix, ainsi que la menace grandissante d’un regain de violence. Alors que les négociations piétinent depuis plusieurs années, les deux camps attribuent le blâme l’un à l’autre.

Lors d’une entrevue à Jérusalem, David Johnston a aussi tenu à souligner la contribution du Canada dans divers projets de développement dans la bande de Gaza ainsi qu’en Cisjordanie, où le pays a injecté près de 30 millions $ en 2014-2015.

«Nous revenons toujours à l’idée que le rôle plus direct du Canada consiste à venir en aide sur les fronts humanitaires ainsi que du développement et de l’innovation», a déclaré le gouverneur géméral.

Le gouverneur général s’est également rendu dans des camps de réfugiés en Jordanie, où quelque 650 000 Syriens et 55 000 Irakiens ont franchi la frontière au cours des dernières années.

Alors que l’objectif de 320 millions $ fixé par les Nations unies n’a été financé qu’à moitié par la communauté internationale jusqu’à présent, l’ambassadeur canadien auprès du royaume hachémite, Peter MacDougall, a annoncé à cette occasion une aide financière de 20 millions $ aux municipalités qui font face à l’afflux de réfugiés.

Les commentaires sont fermés.