Portes ouvertes 2016 au CMR Saint-Jean: plus de 1200 visiteurs et 101 inscriptions (PHOTOS/VIDÉO)

0

Propulsée en partie sans doute par l’annonce d’Ottawa le 17 mai dernier de redonner au CMR Saint-Jean son statut d’établissement universitaire, la Journée portes ouvertes de samedi 5 novembre aura attiré plus de 1 200 visiteurs et amené 101 inscriptions au Collège qui est, cette année, à un tournant de son histoire.

Une journée qui, selon l’un de ses organisateurs et responsable des Affaires publiques du Collège militaire royal de Saint-Jean, le lieutenant de vaisseau Serge Tsoto, aura atteint son premier objectif de faire connaître le Collège sous son vrai jour aux jeunes et à leurs parents.

« La plupart des gens pensent », affirme le lieutenant de vaisseau, « que le Collège est un milieu très fermé et peu accessible », d’où l’importance de la Journée portes ouvertes « qui permet de couvrir les installations, le programme d’enseignement et les quatre piliers sur lesquels le Collège enseigne, le leadership, les études, l’éducation physique et le bilinguisme. »

Et de rassurer ainsi les parents que leurs enfants seront entre bonnes mains et pourront se développer.

Pour le responsable des Affaires publiques, « la Journée portes ouvertes est « le summum, le couronnement de tout ce qui se fait pendant l’année pour mieux faire connaître le Collège. »Sans la Journée Portes ouvertes, les gens n’auraient pas la chance », explique-t-il, de « ‘démystifier’ ce qui se dit du Collège ».

Des jeunes séduits, des parents rassurés

Et c’est ainsi que des centaines de visiteurs, parents et potentiels candidats se sont donc présentés dès 9h du matin ce samedi au pavillon Saint-Maurice, là où débutait la visite guidée.

Après les salles de cours et les laboratoires de physique, de chimie, de biologie (mieux équipés que dans bien des établissements civils comparables, nous confiait un membre du corps professoral sous couvert d’anonymat), c’était le « Complexe Sport absolu », le gymnase et la démonstration des différents sports pratiqués par les élèves-officiers: escrime, judo, tae-kwon-do, descente en rappel, etc. Les yeux des jeunes visiteurs brillaient pendant que les élofs démontraient leur savoir faire.

Interrogé sur place, l’élof Marc Charland ne cachait pas qu’il était là pour vendre le sport qui, il faut le dire, est un des attraits majeurs pour les jeunes qui songent à s’inscrire au Collège.

Et, pendant que les jeunes étaient séduits par l’importance accordée aux sports dans la formation dispensée au Collège, les parents, eux, étaient rassurés par l’encadrement offerts à leurs enfants.

« Il y a très peu d’étudiants pour un bon nombre de professeurs », expliquait le professeur d’université Ian Parenteau aux visiteurs dans la magnifique bibliothèque donnant sur la Rivière Richelieu: « À l’occasion, j’enseigne à des groupes de dix étudiants, dix étudiants que je vois trois fois par semaine; vous comprendrez bien que je suis capable d’identifier avec eux quelles sont leurs ‘problématiques’, de penser à trouver des solutions à leurs problèmes et palier à leur problèmes. », de poursuivre le professeur de Science politique.

Autre élément rassurant pour un parent, les étudiants habitent tous le campus, « pour se rendre en classe, ça prend cinq minutes à pied! ».

Et à cela s’ajoute le fait qu’étant sous-officier des Forces armées canadiennes, les jeunes touchent une solde, un salaire, qui leur permet de dégager plus de temps aux études. « Ils n’ont pas à aller travailler le jeudi soir à l’épicerie pour payer leurs études ».

L’effet du retour de l’enseignement universitaire

Le CMR Saint-Jean, ouvert en 1952, fermé en 1995 sous le gouvernement de Jean Chrétien, qui a lui-même admis que cette fermeture était une erreur, puis réouvert en 2008 pour dispenser un enseignement de niveau CEGEP, s’apprête maintenant à retrouver son statut d’établissement universitaire.

Et la perspective de pouvoir faire de nouveau toute sa scolarité à Saint-Jean en a manifestement convaincu plus d’un.

Sur le plan académique, bien que le ministère de l’Éducation du Québec n’ait pas encore octroyé officiellement au CMR son statut universitaire, le Collège a bel et bien commencé à planifier pour être en mesure de débuter l’enseignement universitaire à compter du mois d’août 2017.

La question du retour de l’enseignement universitaire n’a pas été ignorée lors de la Journée Portes ouvertes et les jeunes qui se sont inscrits samedi pourront, si tout se déroule comme prévu, faire toute leur scolarité à Saint-Jean, au grand plaisir de leurs parents qui les garderont ainsi plus près d’eux, plus longtemps.

Saint-Jean devrait donc bientôt offrir aux francophones de compléter leurs études au sein d’une institution militaire dans un milieu francophone, en même temps qu’il permettra aux anglophones de bénéficier d’une immersion linguistique et culturelle complète en français.

L’objectif est maintenant d’élaborer des programmes propres au CMR Saint-Jean et non d’être une copie conforme du Collège militaire royal du Canada situé à Kingston.

Les responsables académiques de Saint-Jean sont donc actuellement à élaborer des programmes universitaires axés sur l’anthropologie, la sociologie, les études internationales, les études culturelles et les langues étrangères. Lors de la Journée Portes ouvertes, le professeur Parenteau, se faisant l’écho de ce que le commandant, le colonel Simon Bernard, avait déjà évoqué sur 45eNord.ca en mai dernier, parlait ouvertement aux visiteurs avec une pointe de satisfaction et de fierté des projets d’enseignement de l’espagnol et de… l’arabe.

L’enseignant n’a pu par ailleurs s’empêcher de souligner la qualité du corps professoral: une quarantaine de professeurs, tous civils à une exception près, et, parmi ces professeurs, un certain nombre qui sont professeurs d’université,comme lui, titulaires de doctorats et qui sont rompus de la recherche un universitaire.

Un cadre d’apprentissage très riche donc, capable de « tirer les étudiants vers le haut ».

Un centre d’excellence pour former des leaders pour le Canada et pour le monde

Le processus de planification prévoit augmenter graduellement le nombre d’élèves-officiers ce 220 à 345 d’ici l’année universitaire 2019-2020 alors que le CMR Saint-Jean devrait être devenu plus que jamais un centre d’excellence unique au Canada. La Journée Portes ouvertes cette année, qui avait aussi comme objectif d’augmenter le nombre d’élèves inscrits au Collège, aura donc également été une réussite à cet égard.

Et le Collège est d’ores et déjà en mesure de produire des officiers avec une « formation d’envergure » et prêts pour le monde, pour reprendre les mots du lieutenant-général Roméo Dallaire, lui-même un ancien du Collège.

Le lieutenant-général à la retraite Michel Maisonneuve, qui a servi au sein d’états-majors et en tant que commandant opérationnel de plusieurs missions allant de l’humanitaire au conflit avant de devenir Recteur du Collège en 2007, ne cache pas que le programme que prépare Saint-Jean, loin de dupliquer ce qui se fait du Collège militaire royal du Canada, sera « complètement différent et basé sur les nouveaux besoins ‘culturels’ pour un officier des Forces armées canadiennes qui va être appelé à servir dans des domaines, dans des régions du monde inconnues des Canadiens ».

Que ce soit pour des opérations de maintien de la paix ou des opérations de combat, « Des officiers mieux formés qui connaîtront l’origine des cultures, l’anthropologie, la sociologie », d’expliquer le Recteur du Collège, qui souligne aussi que les qualités développées tout au long de la formation, comment commander, être à l’écoute des autres, feront également de ces jeunes des leaders et de meilleurs Canadiens, qu’ils fassent carrière dans les Forces armées ou optent pour la vie civile.

« Si vous réussissez le Collège militaire, vous allez être prêt pour votre vie et votre carrière future », de résumer Michel Maisonneuve.

Et, « en prime », des souvenirs et des amis pour la vie

« Et en plus de tout ça » de conclure le Recteur à l’intention des jeunes « vous allez apprendre avec des jeunes de votre âge, vous allez former une cohorte de jeunes qui vont avoir de l’adversité, des défis à travers leur carrière au Collège royal militaire de Saint-Jean. Vous allez former des amitiés et des liens avec ces gens là qui vont durer toute votre vie!. »

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.