La Russie accuse Kiev d’avoir enlevé deux soldats russes en Crimée

0
Un soldat ukrainien de la base de Belbek en Crimée, le 21 mars 2014 (Viktor Drachev/AFP)
Accusés de « désertion » et de « haute trahison » par les autorités ukrainiennes, les deux soldats ont été arrêtés au point de passage de Tchongar. (Archives/Viktor Drachev/AFP)

Le ministère russe de la Défense a accusé lundi soir les services secrets ukrainiens d’avoir enlevé deux de ses soldats en Crimée, péninsule annexée par la Russie, Kiev les considérant pour sa part comme des « déserteurs » de l’armée ukrainienne.

« Le 20 novembre, des membres du SBU ont arrêté illégalement en Crimée et emmené en Ukraine les soldats russes Maxime Odintsov et Alexandre Baranov », a affirmé le ministère, cité par l’agence publique russe Ria-Novosti.

« Nous considérons ces actes des services spéciaux ukrainiens à l’encontre de citoyens russes comme une nouvelle provocation grossière et exigeons leur retour immédiat en Russie », poursuit-il, affirmant redouter que ces soldats ne fassent désormais l’objet d’une enquête criminelle pour de « faux crimes contre l’Ukraine ».

De son côté, le SBU a assuré qu’il s’agissait de « deux anciens militaires ukrainiens qui ont trahi leur serment et ont rejoint l’armée russe après l’annexion illégale de la Crimée ».

Accusés de « désertion » et de « haute trahison » par les autorités ukrainiennes, les deux soldats ont été arrêtés au point de passage de Tchongar, établi entre la Crimée et le reste de l’Ukraine, a affirmé le chef du SBU Vassyl Grytsak, lors d’une conférence de presse.

« Ces anciens militaires (…) voulaient obtenir, contre de l’argent, des papiers attestant du fait qu’ils avaient terminé des études » supérieures, a-t-il précisé.

« Ils voulaient acheter ces papiers pour devenir des officiers de l’armée russe », a-t-il ajouté.

Selon M. Grytsak, les deux hommes risquent jusqu’à 15 ans de prison.

La Crimée a été annexée par la Russie en mars 2014 après une occupation militaire suivie d’un référendum de rattachement dénoncé comme illégal par Kiev et les Occidentaux. Après cette annexion, une partie des soldats ukrainiens présents sur place sont retournés en Ukraine tandis que d’autres sont restés et ont rejoint l’armée russe.

La péninsule abrite plusieurs bases militaires et navales russes, dont celle de la Flotte russe de la mer Noire, à Sébastopol.

Moscou a annoncé ces derniers mois l’arrestation de plusieurs groupes de « saboteurs » ukrainiens en Crimée, envoyés selon les services spéciaux russes par Kiev pour y attaquer des sites militaires et des bâtiments administratifs.

Les commentaires sont fermés.