Le NCSM Vancouver affecté aux efforts humanitaires après le séisme en Nouvelle-Zélande

0
Le NCSM Vancouver arrive à Singapour le 11 octobre dans le cadre de l’exercice WESTPLOY 16 (Forces armées canadiennes)
Le NCSM Vancouver, le 11 octobre 2016, dans le cadre de l’exercice WESTPLOY 16 (Forces armées canadiennes)

Le NCSM Vancouver prêtera main-forte aux Néo-Zélandais touchés par le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé l’île du Sud, le 14 novembre.

Le navire était aux environs d’Auckland, en Nouvelle-Zélande au moment du séisme et se préparait pour une visite amicale afin de célébrer le 75e anniversaire des forces navales néo-zélandaises avec d’autres forces navales alliées.

La frégate, avec son hélicoptère CH-124 Sea King, et son détachement aérien à bord, seront un atout important pour aider l’évacuation des personnes de la zone touchée et le transport de fourniture d’urgence dans la région, puisque la majorité des routes et des voies ferrées ont été coupées.

La soirée du 14 novembre (heure normale de l’Est), le NCSM Vancouver a commencé sa transition en direction de la zone la plus touchée dans le cadre d’une force opérationnelle multinationale de navires de guerre. Le NCSM Vancouver est arrivé au large de la ville côtière Kaikoura, sur l’île du Sud, le 16 novembre à midi, pour entreprendre ses opérations.

«Le changement rapide de l’objectif de formation et d’opérations navales aux opérations de secours aux sinistrés après le séisme du NCSM Vancouver fait preuve du professionnalisme et des capacités de la Marine royale canadienne. En gros, les Canadiens peuvent être fiers que leurs Forces armées canadiennes soient prêtes à aider nos alliés au moment où on leur demande», a déclaré le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense.

Le NCSM Vancouver mènera des opérations d’aide humanitaire d’urgence afin de réduire au minimum la souffrance humaine.

Ce navire a des capacités de transport aérien. Il a également à son bord du matériel de base nécessaire aux opérations d’aide humanitaire et de secours aux sinistrés qui peut être utilisé au besoin à la suite d’une catastrophe. Ce matériel de base comprend des trousses de premiers soins, des tentes, des génératrices, des couvertures, des scies à chaîne et des outils à main. L’équipage du navire se tient prêt à appuyer l’opération à mesure qu’elle progresse.

L’équipage complet du NCSM Vancouver, y compris les membres de son détachement aérien de CH-124 Sea King, comprend 231 membres.

Les Forces armées canadiennes sont prêtes à appuyer Affaires mondiales Canada, le ministère responsable de l’intervention du gouvernement du Canada à la suite du séisme en Nouvelle‑Zélande

La MRC “anticipe les situations” en envoyant des navires de guerre et des sous-marins à l’étranger à des fins d’entraînement et d’essais. Ces navires, déjà en mer, disposent du personnel, des outils, des compétences et de la souplesse nécessaires pour intervenir rapidement lorsqu’ils sont appelés à soutenir les priorités militaires du Canada dans la région et à fournir des options au gouvernement en matière de sécurité et de défense. Les capacités du navire peuvent être améliorées sur place au besoin afin de s’acquitter de tâches spécialisées.

La MRC est l’un des outils les plus souples pour la politique étrangère et diplomatique du gouvernement du Canada. Elle effectue toute une gamme de missions, de l’aide humanitaire et des secours aux sinistrés aux opérations de dissuasion, en passant par des opérations de combat et de lutte contre le terrorisme. Elle compte 13 000 militaires à temps plein et à temps partiel ainsi que 3 700 employés civils en poste à l’échelle du Canada et en déploiement partout dans le monde.

La MRC est l’un des « premiers intervenants du Canada » en période de crise ou de conflit. Lorsque le Canada veut faire preuve de leadership et d’engagement, le gouvernement déploie des navires.

Les commentaires sont fermés.