Les forces irakiennes coupent Mossoul de la Syrie

0
Des soldats irakiens le 11 novembre 2016 à Samah dans la banlieue est de Mossoul. (Odd ANDERSEN/AFP)
Des soldats irakiens le 11 novembre 2016 à Samah dans la banlieue est de Mossoul. (Odd ANDERSEN/AFP)

Les troupes irakiennes ont coupé mercredi la dernière voie d’approvisionnement des djihadistes du groupe État islamique (EI) entre Mossoul et la Syrie, resserrant l’étau sur la deuxième ville d’Irak où doit encore se jouer une bataille urbaine.

À l’ouest de Mossoul, les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi («Mobilisation populaire») ont atteint la route reliant la ville de Tal Afar à celle de Sinjar, selon des sources sécuritaires concordantes.

Elles ont ainsi coupé les axes utilisés par le groupe ultra-radical entre Mossoul et son fief syrien de Raqa, à quelque 400 km à l’ouest.

Cette avancée signifie que les 3000 à 5000 djihadistes présents à Mossoul, selon les estimations américaines, sont désormais cernés de tous les côtés. Au nord et au sud, les peshmergas (combattants kurdes) et d’autres troupes se rapprochent de la ville, tandis qu’à l’intérieur même de Mossoul, les troupes d’élites irakiennes (CTS) revendiquent de nettes avancées dans les quartiers Est.

Plus de deux ans après la proclamation du « califat » irako-syrien de l’EI, les territoires contrôlés par le groupe ultra-radical rétrécissent comme peau de chagrin.

Côté syrien, une alliance arabo-kurde a lancé le 5 novembre une offensive pour reprendre Raqa, où flotte toujours le drapeau noir des djihadistes.

L’offensive lancée le 17 octobre par Bagdad est d’une ampleur bien supérieure pour reprendre à l’EI Mossoul, que le groupe avait conquise en juin 2014.

Les commentaires sont fermés.