Pakistan: 52 morts dans un attentat sur un site soufi revendiqué par l’EI

0
Des pakistanais sortent un blessé d'une ambulance pour le mener vers un hôpital du district de Hub, à environ 40 kilomètres de Karachi, le 12 novembre 2016. (AFP/ASIF HASSAN)
Des pakistanais sortent un blessé d’une ambulance pour le mener vers un hôpital du district de Hub, à environ 40 kilomètres de Karachi, le 12 novembre 2016. (AFP/ASIF HASSAN)

Au moins 52 personnes ont été tuées et plus de cent blessées samedi dans un attentat à la bombe revendiqué par le groupe État islamique (EI) pendant une cérémonie religieuse soufie au Baloutchistan, une province méridionale du Pakistan en proie à des troubles récurrents, ont annoncé les autorités locales.AFP le ministre de l’Intérieur du Baloutchistan Sarfraz Bugti. Il a dit ignorer si cette attaque était un attentat suicide.

L’organisation jihadiste Etat islamique a affirmé qu’un de ses combattants avait été l’auteur de cette « opération martyre », dans un communiqué diffusé par Amaq, son agence de propagande.

« Le gouvernement est déterminé à éliminer le terrorisme et les extrémistes du pays », a quant à lui réagi le président pakistanais Mamnoon Hussain.

Des attentats très meurtriers

L’attentat de samedi fait suite au meurtre en juin d’un célèbre chanteur soufi à Karachi, la métropole du sud du Pakistan, à trois heures de route du sanctuaire de Shah Noorani, qui avait suscité une vague d’indignation dans ce pays. Amjad Sabri, un interprète de « qawwali », une forme traditionnelle de musique religieuse islamique très appréciée en Asie du Sud et dont l’origine remonte au XIIIe siècle, avait été tué par deux hommes à moto et la police avait alors parlé d' »acte de terrorisme ».

Frontalier de l’Iran et de l’Afghanistan, le Baloutchistan est la province la plus pauvre du Pakistan malgré ses ressources pétrolières et gazières. Également considéré comme stratégique car appelé à abriter d’ambitieuses infrastructures routières et énergétiques devant relier la Chine à la mer d’Arabie, il est secoué par des violences confessionnelles entre sunnites et chiites, des attaques islamistes et, depuis 2004, une insurrection séparatiste.

Al-Alami du Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), un groupe antichiite s’en prenant également ces dernières années au gouvernement pakistanais, s’était ainsi associé à l’Etat islamique pour organiser en octobre un assaut contre une école de police à Quetta qui a fait 61 morts. Cette attaque avait été la pire ayant visé les services de sécurité dans l’histoire du Pakistan.

Le LeJ est allié au mouvement des talibans pakistanais (TTP) qui ont de leur côté prêté allégeance à Al-Qaïda.

En août, un attentat revendiqué à la fois par une faction talibane, Jammat-ul-Ahrar (JuA), et par l’EI avait fait 73 morts dans un hôpital de Quetta au moment où la foule s’y recueillait sur la dépouille du bâtonnier de la province, assassiné quelques heures plus tôt.

Les commentaires sont fermés.