Rétrogradation pour le major St-Pierre coupable de comportement déshonorant et ivresse

0
Officier des opérations du 5 GBMC, le major St-Pierre explique le déroulement de la montée en puissance. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Le major Patrick St-Pierre a quitté les Forces la veille de son procès en Cour martiale permanente. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Devant la Cour martiale permanente devant laquelle il était convoqué ce lundi 7 novembre, le major Patrick St-Pierre a plaidé coupable de comportement déshonorant envers des subalternes féminins et ivresse, durant des évènements régimentaires.

Le major Patrick St-Pierre, qui travaillait sur la base de Valcartier, a ainsi plaidé coupable à cinq chefs d’accusation qui pesaient contre lui lundi matin, trois de comportement déshonorant et deux d’ivresse. Le militaire a toutefois été libéré de deux accusations d’agressions sexuelles.

C’est suite à des des gestes qui se sont produits lors d’événements officiels en 2004, 2012 et 2014 alors que le major St-Pierre était en état d’ébriété que le major a été accusé. Lors d’un dîner régimentaire à Shawinigan, il a notamment agrippé les fesses d’une victime et touché les seins d’une autre en déplaçant un tablier qui couvrait sa poitrine.

À une autre occasion, lors de la Tournée des lieutenants, Patrick St-Pierre s’est approché de subalternes et a demandé à des femmes de l’embrasser. Pendant un autre événement, le major en état d’ébriété a aussi lancé une bouteille de bière sur un mur créant l’émoi dans la salle.

Au total, trois femmes militaires ont porté plainte.

La poursuite et la défense ont fait une suggestion commune d’imposer une rétrogradation du major au grade de capitaine et une amende de 5.000 $, évitant ainsi au major une poursuite pour agression sexuelle.

Le juge de la cour martiale, Mario Dutil, a adhéré à la suggestion qui satisfait «tout le monde», selon le capitaine Antoine Desaulniers, procureur des poursuites militaires.

Le militaire qui n’avait pas d’antécédents judiciaires, était dans les Forces armées canadiennes depuis plus de 25 ans. Il a quitté les Forces ce dimanche 6 novembre.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». En Afghanistan, en Haïti, en Europe de l'est, dans l'Arctique, aux États-Unis, ou un peu partout au Canada, il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action.

Les commentaires sont fermés.