Rue Saint-Jacques à Montréal, les portes du NCSM Donnacona ouvrent sur les mers du monde (PHOTOS/VIDÉO)

0

Le NCSM Donnacona tenait samedi 19 novembre entre 10h et midi sa Journée Portes ouvertes annuel à son quartier général de la rue Saint-Jacques à Montréal, Journée particulièrement importante alors que cette unité de la Réserve navale veut augmenter ses effectifs d’une cinquantaine de recrues et qu’une nouvelle doctrine amènera désormais les réservistes à être plus souvent déployés sur les mers du globe.

Les racines du NCSM Donnacona remontent à la fondation de la Réserve navale en 1923. Sa mission: supporter la Marine avec un personnel entraîné et prêt à servir en temps de paix comme en périodes de crises.

À l’instar de toutes les divisions de la Réserve navale, ses près de 200 marins (à temps partiel ou comme contractuels) sont donc appelés à servir la Marine royale du Canada à bord des destroyers, frégates ou navires de défense côtière.

Le NCSM Donnacona a aussi une équipe de plongeurs qui mènent des inspection portuaires pour s’assurer que les eaux sont sécuritaires pour les navires.

Et, bien sûr, comme seule représentant de la Marine royale ici, les NCSM Donnacona est de tous les événements majeurs dans la métropole québécoise, rôle qui va s’avérer particulièrement important alors que Montréal célébrera cette année son 375e anniversaire.

La Marine royale canadienne sera bien sûr de la fête avec non seulement des parades, des spectacles de la Marine avec les autres branches des Forces armées, mais aussi une frégate, qu’on espère être le NCSM Montréal, qui sera ici à Montréal de 10 à 11 jours.

Le recrutement et… les délais

Représentant de la Marine royale canadienne à Montréal, le NCSM Donnacona, avec ses 190 membres actifs, est une des plus grandes unités au Canada, avec des gens qualifiés dans tous les métiers que la Réserve navale puisse offrir et vise maintenant un objectif d’environ 230 marins

À l’échelle de tout le Canada, La Réserve navale cherche d’ailleurs à augmenter ses effectifs de 2 000 marins.

Objectif ambitieux, mais réaliste, le Capitaine de corvette Mathieu Leroux, commandant en second du Donnacona, affirmant même bénéficier d’un bon nombre de transferts « de gens de l’armée de terre [la branche la mieux représentée au Québec]qui décident de joindre les rangs de la Marine.

Mais le capitaine ne cache pas que, sur quatre dossiers ouverts au Centre de recrutement, un seul aboutira, les autres candidats se décourageant en raison de délais relativement longs, mais peut-être inévitables.

Ces délais de plusieurs mois s’expliquent notamment par le temps que prennent les vérifications de sécurité, ici à Montréal comme dans tous les grands centres urbains au Canada, où plusieurs candidats sont des immigrants de première génération.

Cette démarche, nous explique le commandant en second du Donnacona, est toutefois actuellement révisée avec pour objectif de la rendre encore plus efficace pour diminuer ces délais. Et entre temps, compte tenu de ce que la Réserve peut apporter, l’attente en vaut sans aucun doute la peine.

Un déploiement dans le Sud-est asiatique

Le moment de s’enrôler est idéal selon le capitaine Leroux qui nous annonçait qu’environ 70 marins seront cette année déployées dans le Sud-Est asiatique pour supporter des frégates canadiennes.

Selon une nouvelle doctrine adoptée par la Marine royale, des marins de la Réserve constitueront dorénavant l’essentiel des « Naval security teams », des équipes de sécurités navales (ESN) qui seront déployées deux, trois ou quatre semaines à l’extérieur du pays en soutien aux navires de guerre canadiens lors de missions spécifiques.

L’ESN sera en effet composée principalement de réservistes de la Marine, et comprendra une équipe de commandement à temps plein afin de voir à ce que le personnel, l’instruction et l’équipement nécessaires soient disponibles en vue des déploiements.

Les tâches de l’équipe incluront la protection de la force à quai et la liaison avec le pays hôte, de même que la satisfaction des besoins en matière de soutien et de renseignement dans les ports étrangers.

Après qu’ils auront été choisis, les membres du personnel recevront une instruction qui leur permettra de répondre aux besoins de missions spécifiques. Pour la plupart des missions de protection de la force, cela inclura le recours à la force, la formation sur les règles d’engagement, un entraînement plus avancé avec les armes, les tactiques à bord des embarcations, les communications, la logistique en déploiement et les compétences en matière de liaison.

On est loin des balades tranquilles sur le fleuve…

De plus en plus, les Réservistes qui le veulent, comme ceux qui tout récemment ont passé 6 mois en Méditerranée avec la Force régulière, pourront être déployés hors du pays. Le concept de « une marine » où les réservistes sont considérés comme des marins professionnels deviendra, selon le Capitaine Leroux, de plus en plus vrai.

La première ESN sera déployée au printemps/été de 2017 pour appuyer les navires dans le cadre de Westploy, une opération visant à établir et maintenir des liens forts entre la MRC et les marines des pays de l’Asie-Pacifique, tout en faisant la promotion de la paix et de la sécurité dans la région du Pacifique.

Dorénavant, la porte du NCSM Donnacona, 3525 rue Saint-Jacques à Montréal, ouvrira donc plus que jamais sur le monde et toutes les mers du globe! Si l’aventure vous intéresse…

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.