Saint-Jean-sur-Richelieu: enquête sur une présumée agression sexuelle à l’École de leadership et de recrues

0
Avant de débuter la course, les élofs observent leurs instructeurs pratiquer les différents obstacles. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Des élèves officiers à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à l’été 2015. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

La police militaire enquête actuellement sur une agression sexuelle alléguée qui se serait produite le week-end dernier à l’école de recrues située à Saint-Jean-sur-Richelieu, au sud de Montréal.

Après que la presse nationale a fait état de cet événement, le najor Jean-Marc Mercier du Service national des enquêtes des Forces armées (SNEFC) a confirmé à 45eNord.ca qu’un suspect avait été amené au poste de la police militaire puis relâché sous conditions après avoir fournit une déclaration aux agents de la police militaire.

Les faits allégués se seraient produits à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) située sur le site de la Garnison Saint-Jean, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Les activités de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) se déroulent sur le site de la Garnison Saint-Jean située à Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec. L’ELRFC est responsable de l’entraînement de base pour les officiers et les militaires du rang qui joignent la Force régulière des Forces armées canadiennes.

Le SNEFC ne parle jamais d’une enquête en cours alors que des accusations n’ont pas été portées et n’a donc dans ce cas que fait cette mise au point suite à une fuite dans les médias pour couper court à toute spéculation. Bien sûr, à ce stade-ci de l’enquête et tant que des accusations ne seront pas portées, aucun autre détail ne sera dévoilé, ni l’identité du suspect, ni celle de la ou des victimes, ni le nombre de cas présumés d’agressions sexuelles.

Les commentaires sont fermés.