Steven Blaney presse maintenant Ottawa de considérer la Davie pour la construction des navires de soutien

0
Le chantier maritime Davie à Lévis, sur la Rive-sud de Qiébec, a déjà été le plus important chantier naval du pays (Archives/Pierre-Olivier Fortin/WikiCommons)
Le chantier maritime Davie à Lévis, sur la Rive-sud de Qiébec, a déjà été le plus important chantier naval du pays (Archives/Pierre-Olivier Fortin/WikiCommons)

Ironie du sort, l’ex ministre conservateur et député de la circonscription où se trouve le Chantier Davie, Steven Blaney, a pressé cette semaine le gouvernement Trudeau de revenir sur la politique de construction navale héritée du gouvernement précédent et de considérer la proposition non sollicitée présentée par le Chantier Davie de Lévis pour un navire de soutien multifonctionnel.

« Ce navire de soutien multifonctionnel, qui est déjà dans un stade de construction avancé, pourra effectuer des missions de recherche et sauvetage ainsi que des missions humanitaires. Ce navire pourra aussi assurer l’entretien et la réparation de navires, la recherche scientifique et le réapprovisionnement côtier. », explique l’ex ministre conservateur.

Dans un contexte où les navires de la Marine royale canadienne et de la Garde côtière entrent progressivement dans un état de détérioration critique, tel que mentionné dans le rapport Emerson, il est essentiel que le gouvernement du Canada considère les offres en provenance des chantiers canadiens où il existe une main-d’œuvre disponible et qualifiée pour combler ces lacunes opérationnelles dans le secteur naval, fait valoir Steven Blaney.

Le ministre sortant de la Sécurité publique Steven Blaney annonce que les Conservateurs veulent le retour d'un statut universitaire au CMR Saint-Jean. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Steven Blaney, à l’époque où mil était ministre conservateur.(Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Évoquant la préservation de 400 emplois au sein du chantier Davie et plus d’un milliard de dollars en retombées économiques pour la grande région de Québec, l’ex ministre a déclaré que « Les libéraux doivent cesser de balayer du revers de la main la proposition du plus grand chantier maritime canadien. La solution proposée par le Chantier Davie leur permet d’obtenir rapidement un des navires les plus complexes jamais construit au Canada par des Canadiens et à un coût plus que compétitif ».

La livraison par le chantier Seaspan de Vancouver du premier de deux ravitailleurs, qui était officiellement prévue pour 2019 par le gouvernement, a été reportée et le premier navire de ravitaillement ne pourra probablement pas être opérationnel avant au moins 2022.

Depuis le retrait du service des deux ravitailleurs canadiens, la Marine royale canadienne doit compter sur les navires alliés pour se ravitailler en carburant, en vivres, en munitions et en pièces de rechange au cours de ses missions à l’étranger.

Pendant ce temps, mince consolation, le navire commercial acheté par le chantier maritime Davie de Lévis de la Rive-Sud de Québec dans le cadre du projet Resolve, est en cours de transformation pour en faire un navire de ravitaillement pour la Marine royale canadienne, mais tant le gouvernement Trudeau que le gouvernement conservateur précédent a refusé de « rebrasser les cartes » en faveur du Chantier Davie pour lui confier la construction des ravitailleurs que Seaspan ne peut produire et livrer à temps.

Au vu de son intervention cette semaine, on peut se demander si le député de Lévis, ayant depuis la défaite des conservateurs aux élections d’octobre 2015 retrouvé sa liberté de parole, n’a pas du ronger son frein pendant toutes les années où son parti était au pouvoir et, lui, membre du gouvernement…

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.