Terrorisme: accord de la Belgique pour remettre Mehdi Nemmouche à la France

0
Un juif se recueille devant l'entrée du Musée juif de Bruxelles, le 25 mai 2014 (Thierry Roge/AFP)
Le 24 mai 2014, un homme, soupçonné d’être Medhi Nemmouche, avait ouvert le feu dans le hall d’entrée du Musée juif de Bruxelles, tuant deux touristes israéliens, une bénévole française et un jeune employé belge. (Archives/Thierry Roge/AFP)

La justice belge a donné jeudi son accord de principe à la remise à la France de Mehdi Nemmouche, tueur présumé du Musée juif de Bruxelles en 2014 et soupçonné par Paris d’avoir été l’un des geôliers de quatre journalistes français ex-otages en Syrie.

Il pourra être remis quand la Belgique « n’en aura plus besoin » dans le cadre de l’enquête en cours sur l’attentat qui avait fait quatre morts en mai 2014, a indiqué à l’AFP un porte-parole du parquet fédéral belge, après une décision d’une juridiction d’instruction bruxelloise de « rendre exécutoire » le mandat d’arrêt européen délivré à son encontre par la France.

Le 24 mai 2014, un homme avait ouvert le feu dans le hall d’entrée du Musée juif de Bruxelles, tuant deux touristes israéliens, une bénévole française et un jeune employé belge.

L’auteur présumé, Mehdi Nemmouche, un Français au « profil jihadiste » radicalisé en prison et passé par la Syrie, avait été arrêté six jours plus tard à la gare routière de Marseille (sud de la France) et extradé deux mois plus tard en Belgique.

Il a été inculpé par un juge d’instruction bruxellois pour « assassinats dans un contexte terroriste » et est incarcéré dans l’attente d’un procès dont la date n’a pas encore été fixée.

Mehdi Nemmouche admet être impliqué « d’une certaine manière » dans la tuerie du Musée juif, mais nie toujours être l’auteur de l’attaque, a affirmé son avocat, Me Sébastien Courtois, cité jeudi dans la presse belge.

Il a également été identifié comme l’un de leurs anciens geôliers par quatre journalistes français –Didier François, Pierre Torrès, Edouard Elias et Nicolas Hénin– libérés en avril 2014 après avoir passé dix mois comme otages en Syrie, raison pour laquelle la France a également entamé des poursuites contre lui.

S’il peut dorénavant être remis à la France à tout moment, Mehdi Nemmouche devrait toutefois encore rester en Belgique dans l’immédiat, a précisé à l’AFP une source judiciaire belge.

L’enquête sur l’attentat au Musée juif « touche à sa fin » et une décision concernant son renvoi devant un tribunal belge devrait être prise « dans les prochaines semaines ou dans les prochains mois », a précisé cette source s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Les commentaires sont fermés.