Trump et Poutine pour une relation «normalisée» et «ensemble contre le terrorisme»

0
Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou le 28 mars 2014 (Archives/Alexei Nikolsky/AFP)
Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou le 28 mars 2014. (Archives/Alexei Nikolsky/AFP)

Le président russe Vladimir Poutine et son futur homologue américain Donald Trump ont convenu lundi lors d’un entretien téléphonique de la nécessité d’un travail «conjoint» pour la «normalisation» des relations entre les États-Unis et la Russie et évoqué la nécessité de travailler ensemble à la lutte le terrorisme et l’extrémisme.

Lors d’un entretien téléphonique décidé d’un «commun accord», selon le Kremlin, le chef de l’État russe a de nouveau félicité M. Trump pour sa victoire à la présidentielle et s’est dit « prêt à nouer un dialogue avec la nouvelle administration sur un pied d’égalité, selon un principe de respect mutuel et sans que l’un interfère dans les affaires intérieures de l’autre».

À New York, l’équipe du président élu a confirmé l’entretien téléphonique, parlant du souhait de M. Trump de nouer des « relations fortes et durables avec la Russie et avec le peuple russe ».

Le président russe a pour sa part de nouveau félicité le président élu des États-Unis pour sa victoire à l’élection présidentielle, lui a souhaité le succès dans la mise en œuvre de son programme électoral et s’est dit prêt à développer un dialogue de partenariat avec le nouveau gouvernement sur les principes d’égalité, Et la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre, dit aujourd’hui un communiqué du Kremlin.

Au cours de la conversation, Vladimir Poutine et Donald Trump ont non seulement convenu de l’état absolument insatisfaisant des relations bilatérales, mais ont aussi exprimé leur soutien à des efforts conjoints actifs pour normaliser les relations et poursuivre une coopération constructive sur un éventail aussi vaste que possible, poursuit le communiqué russe, affirmant qu’ils ont souligné l’importance d’établir une base fiable pour les relations bilatérales en développant la composante commerciale et économique.

Les deux dirigeants ont noté que l’an prochain il y aura 210 ans qu’ont été établies « des relations diplomatiques entre la Russie et les États-Unis, ce qui devrait encourager le retour à une coopération pragmatique mutuellement bénéfique dans l’intérêt des deux pays, ainsi qu’à la stabilité et la sécurité mondiales. »

Toujours selon le communiqué de la présidence russe, Vladimir Poutine et Donald Trump ont tous deux évoqué la nécessité de travailler ensemble à la lutte contre le premier ennemi commun – le terrorisme international et l’extrémisme. Dans ce contexte, ils ont discuté des questions liées à la résolution de la crise en Syrie.

Il a été convenu, précise aussi le Kremlin, de maintenir le contact par téléphone et d’organiser une réunion en personne à l’avenir, les préparatifs devant être menés par les représentants des deux parties.

Durant toute la campagne électorale, Donald Trump, élu 45e président des États-Unis, a été accusé par la candidate démocrate Hillary Clinton d’être la « marionnette » de Vladimir Poutine.

La Russie a également été soupçonnée par Washington d’avoir cherché à peser sur la campagne en faveur de Donald Trump en orchestrant une fuite de 20.000 messages de cadres du parti démocrate.

De son côté, Trump a plusieurs fois loué les qualités de dirigeant de Vladimir Poutine et dit espérer avoir une « très bonne relation » avec lui.

Le président russe a pour sa part déjà qualifié Donald Trump d' »homme brillant et plein de talent », disant apprécier le fait qu’il soit » prêt à rétablir entièrement les relations russo-américaines ».

Les relations entre la Russie et les États-Unis sont à un niveau historiquement bas depuis la fin de la Guerre froide en 1991 en raison notamment de leur opposition sur le conflit syrien et la crise ukrainienne.

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.