Au Liban, une équipe d’évaluation des FAC aide à identifier les besoins des forces locales et régionales

Le ministre Dion visite la frontière Liban/Syrie au cours de son voyage au Liban du 2 au 6 décembre. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.(Affaires mondiales Canada)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le ministre Dion visite la frontière Liban/Syrie au cours de son voyage au Liban du 2 au 6 décembre. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.(Affaires mondiales Canada)
Le ministre Dion visite la frontière Liban/Syrie au cours de son voyage au Liban du 2 au 6 décembre. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.(Affaires mondiales Canada)

Une équipe d’évaluation de la formation des Forces armées canadiennes a été envoyée au Liban pour identifier les programmes de renforcement des capacités que les formateurs canadiens effectueront avec les forces armées libanaises.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau avait promis en février, lors du dévoilement de la nouvelle stratégie de lutte contre le groupe État islamique, de renforcer sa présence dans les pays voisins de l’Irak et de la Syrie, notamment en matière militaire et diplomatique.

Il faut dire que la Jordanie accueille pas moins de 600.000 réfugiés, tandis que le Liban (pays de 6 millions d’habitants) en accueille plus d’un million, ce qui ne manque pas de mettre à risque l’infrastructure et la cohésion sociale des deux pays.

Le ministère de la Défense nationale précise que «Les Forces armées canadiennes ont été mandatées par le gouvernement du Canada pour élargir la coopération militaire avec les partenaires régionaux pour renforcer la sécurité et la stabilité dans la région et prévenir la propagation de l’extrémisme violent». Ainsi, «les équipes d’évaluation de la formation au Liban et à la Jordanie sont à l’œuvre à l’appui du gouvernement de la stratégie et de l’engagement à la paix et à la stabilité internationale globale du Canada».

Une équipe similaire s’était rendue au mois d’août en Jordanie pour évaluer quels types de programmes de formation bilatéraux pourraient être développer. Quelques semaines plus tard, toujours en Jordanie, une équipe du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada s’est aussi rendu dans le pays, dans le cadre du Programme de partenariat mondial d’Affaires Mondiales Canada et le renforcement des capacités du Programme de lutte contre le terrorisme.

Tout comme l’équipe d’évaluation envoyée en Jordanie, à laquelle participait le major Scott Foote, celle du Liban a pour but de d’aider au développement des forces locales et régionales. L’équipe se compose de conseillers militaires qui coordonnent et consultent pour évaluer comment les Forces armées canadiennes, Affaires Mondiales Canada et le Canada peuvent aider le pays. Au Liban par exemple, l’équipe d’évaluation a récemment identifié des besoins et ce que le Canada pouvait apporter pour aider.

C’est donc ainsi que le 6 décembre dernier, le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion, en visite au Liban, a annoncé un appui du Canada aux Forces armées libanaises, dans le cadre du Programme d’aide au renforcement des capacités anti-terroristes.

«Le Canada doit appuyer les pays qui restent démocratiques malgré la déstabilisation de la région. Ces îlots d’espoir, comme le Liban ou encore la Tunisie, résistent à la dérive autoritaire malgré les obstacles», déclarait le ministre Dion, le 4 décembre, à Beyrouth.

Une aide d’1 million de $ sera fournie de 2016 à 2017 afin de soutenir les efforts multinationaux menés par le Royaume-Uni pour créer le Régiment des frontières terrestres des Forces armées libanaises. Le projet vise à mettre la totalité de la frontière libano-syrienne sous le contrôle de l’État libanais.

Le Canada contribuera aussi à hauteur de 4,4 millions de $ pendant la même période pour la fourniture de matériel de montagne et de vêtements d’hiver pour aider les militaires libanais à protéger la frontière avec la Syrie.

Que ce soit en Jordanie ou au Liban, si les besoins identifiés par les conseillers militaires font état d’un manque dans l’entraînement et la formation, des équipes supplémentaires pourraient être déployés dans l’un de ces deux pays.