Le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens lance la toute première édition de l’exercice AQIKGIK

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (2 GPRC) lance officiellement l’exercice AQIKGIK aujourd’hui dans le cadre d’une cérémonie tenue au Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Cet expédition de motoneige de plusieurs milliers de kilomètres vers les communautés autochtones du Nord du Québec et de la Basse-Côte-Nord vise à souligner le 70e anniversaire des Rangers canadiens. Elle se déroulera du 27 janvier au 17 mars 2017.

Le départ aura lieu le 27 janvier à Waskaganish, dans la région de la Baie-James.

«L’exercice AQIKGIK est l’occasion de mettre en valeur la détermination, le dynamisme et le professionnalisme des Rangers canadiens. Les Rangers font partie intégrante de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est). J’aimerais remercier tous les Rangers canadiens et Rangers juniors canadiens qui ont servi au cours des 70 dernières années et les féliciter pour leur précieuse contribution au maintien de notre sécurité nationale et leur apport inestimable au sein de leur propre communauté.», a commenté le brigadier-général Hercule Gosselin, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est).

«Dans le cadre de l’exercice AQIKGIK 2017, ce sera la première fois que le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens mènera un exercice d’entraînement sur l’ensemble de sa zone d’opérations. Cet exercice historique mettra en lumière la coopération qui existe entre l’Armée canadienne et les communautés du Nord québécois et de la Basse-Côte-Nord. Il ne fait aucun doute qu’AQIKGIK 2017 est un accomplissement remarquable qui témoigne de la capacité opérationnelle, du professionnalisme et de la fierté des Rangers canadiens.», a quant à lui noté le lieutenant-colonel Bruno Plourde, commandant du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens.

Six équipes formées de six Rangers canadiens se rendront dans les 35 communautés où sont basés les groupes de patrouilles du 2 GPRC.

Ce sont donc de 5 à 6 communautés que seront amenées à visiter chacune des 6 équipes qui parcourront pour ce faire de 500 km chacune, sur la Basse-Côte-Nord, à 1 200 km, pour certaines équipes du Nord du Québec, expliquait pour sa part en entrevue 45eNord.ca, le sergent Alain Déraps, chef de la patrouille de Natashquan.

À cette occasion, ils apporteront et remettront aux chef de bande ou aux maire dans chacune des communautés qu’ils visiteront une hache symbolique, qui jouera ainsi le rôle de flambeau olympique, nous mentionne pour sa part la capitaine Karinne Roy, l’une des responsables du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens.

Pendant l’exercice AQIKGIK, les participants, soit plus de 120 membres du personnel des Rangers canadiens (100 Rangers et 20 commandants et instructeurs), parcourront donc au total 3 690 kilomètres à motoneige pour aller rencontrer les groupes de patrouilles des Rangers et des Rangers juniors dans leur communauté et tisser des liens avec eux.

L’adjudant Michel Desbiens, l’instructeur du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens confiait de son côté qu’outre le défi logistique d’une opération de cette envergure, le plus important était le choix d’un bon chef d’équipe, à l’image du sergent Déraps avec qui il fera équipe.

Ce Québécois, originaire d’Aguanish, à 30 km de la mythique Natashquan, célébrée par le poète national Gilles Vigneault, a 18 ans d’expérience et d’aventures avec les Rangers canadiens, les « yeux et les oreilles des Forces armées canadiennes dans le Nord ».

Si l’adjudant Desbiens s’appuie avant tout sur son chef d’équipe, le sergent Deraps, ce dernier, lui, s’appuie sur les opérations de reconnaissance, sa connaissance intime du terrain acquise pendant toutes ces années passées dans les Rangers et, pour que la météo lui soit favorable, sur une bonne dose d’optimisme et de confiance.

Les Rangers canadiens, qui fournissent des forces mobiles autosuffisantes et dotées d’équipement léger pour appuyer les opérations menées en territoire canadien et pour protéger la souveraineté du Canada, n’ont pas froid aux yeux.

L’exercice AQIKGIK permettra de démontrer les capacités des Rangers canadiens et de mettre en lumière le rôle essentiel qu’ils jouent au sein des Forces armées canadiennes en servant leur communauté de plusieurs façons, notamment en soutenant les autorités civiles.

Les Rangers canadiens forment, encadrent, entraînent et supervisent aussi les Rangers juniors canadiens. Ils contribuent à améliorer la qualité de vie des jeunes dans les régions éloignées et isolées en leur enseignant le savoir-faire traditionnel en même temps que celui des Rangers canadiens afin de leur donner les outils nécessaires pour devenir des membres dynamiques et engagés au sein de leur communauté.

Les Rangers juniors canadiens de leur côté auront notamment pour mission de préparer une activité, cérémonie ou souper par exemple, dans chacune des communautés visitées, démontrant encore une fois leur implication dans leur communauté.

Cette expédition nordique permettra ainsi de démontrer la capacité opérationnelle des Rangers canadiens, la vitalité des Rangers juniors canadiens, et l’importance de maintenir une cohésion intergénérationnelle entre les deux groupes.