Fin de mission pour le détachement français de l’OTAN dans les pays baltes

0
Un Mirage 2000D de l’Armée de l’air française. (Archive/EMA/armée de l’Air)

Les quatre Mirage 2000-5 français ont assuré la surveillance aérienne pour l’OTAN dans les pays Baltes au cours de l’opération Baltic Air Policing depuis la base aérienne de Šiauliai en Lituanie. Cette police de l’air a eu lieu 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 depuis septembre 2016.

Depuis 2004 cette mission est assurée à tour de rôle par les pays membres de l’OTAN et vise à garantir l’intégrité de l’espace aérien de ces trois États.

Avec près de 100 militaires de l’armée de l’air engagés, cette mission de permanence opérationnelle s’est concrétisée par 23 décollages sur alerte pour effectuer des mesures de surveillance, de contrôle, d’identification et 140 décollages pour entrainement, représentant un total de près de 500 heures de vol, selon ce que rapporte le ministère de la défense français.

Le 5 janvier, 2017 le lieutenant-colonel Isaac Diakité, commandant du détachement français, a remis la « clé  » de Baltic Air Policing, symbole de la protection de l’espace aérien des pays Baltes, au Major Gert Van Woerden, commandant du détachement hollandais, en présence de Mr Raimundas Karoblis (Ministre de la défense lituanienne), du Général de corps d’armée aérienne Olivier Taprest (Commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes françaises), H. E. Bert Van Der Lingen (Ambassadeur hollandais en Lituanie) et du Lieutenant General Dennis Luyt (Commandant des forces aériennes hollandaise).

Ce sixième engagement depuis 2004, aura permis de souligner l’attachement de la France à la solidarité entre Alliés et à la défense collective. La mission Baltic Air Policing 2016, désormais achevée, l’armée de l’air française poursuit son engagement sur les autres théâtres d’opérations extérieures, avec 14 Rafale déployés au Levant, et 7 Mirage 2000 au Sahel.

Les Pays-Bas sont maintenant chargé d’effectué cette mission, selon l’OTAN. L’armée de l’air royale néerlandaise déploiera quatre de ces avions de chasses F-16 Fighting Falcon afin de remplacer les Mirages français tandis que l’Allemagne, déjà impliquée dans cette opération, continuera d’étendre ses capacités à Amari en Estonie, avec quatre avions de combat Eurofighter Typhoon.

Ce sera la seconde fois que les Pays-Bas participent à cette mission depuis 2005, après avoir étendu la mission depuis la base aérienne polonaise de Malbork fin 2014 à la suite de l’annexation russe de la Crimée.

L’Allemagne quant à elle, a déjà participé neuf fois à la mission Baltic Air Policing, cinq fois en étant au commandement et quatre fois en participant à son déroulement.

Selon l’OTAN, les avions de combat allemands resteront à Amari pour les quatre prochains mois. Depuis septembre 2016, c’était le personnel de la 74ème Tactical Air Wing de Neuburg dans le sud de l’Allemagne qui manoeuvrait les avions. Ce sera maintenant le personnel de la 71ème Tactical Air Wing à Wittmund dans le nord du pays qui s’occupera de l’opération.

Selon l’OTAN, cette mission a pour but unique d’être défensive et de préserver l’intégrité de l’espace aérien balte. Il est important d’établir une mesure de confiance afin de démontrer la solidarité de ses membres et leur détermination. Jusqu’à présent dix-sept pays, dont le Canada, ont pris part aux opérations afin de conserver l’intégrité territoriale des pays baltes depuis leurs espaces aériens.

Les commentaires sont fermés.