Attentat terroriste à la Mosquée de Québec, au moins six morts et 8 blessés

94
Le Centre culturel islamique de la ville de Québec. (Google)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le Centre culturel islamique de la ville de Québec. (Google)

Une fusillade a éclaté dimanche soir au Centre culturel islamique de la ville de Québec où une intervention policière est toujours en cours. La fusillade aurait selon les médias locaux fait au moins 5 morts et 11 blessés par balles, bien que les policiers n’aient pas pour l’instant confirmé officiellement le nombre de personnes tuées.
—–

Mise à jour du 30/01/2017 à 0h55

La Sûreté du Québec, confirme la mort de 6 personnes et 8 blessés, cont certains dans un état très sérieux.

L’affaire est traitée comme une attaque terroriste, la structure de gestion policière contre le terrorisme (SGPT) est déployée et la GRC, la SQ et le SPVM ont maintenant mis en place un centre de contrôle.

—–

À 19h 45, deux hommes auraient pénétré dans la mosquée, située au 2877, chemin Sainte-Foy, avant d’ouvrir le feu sur les fidèles réunis pour la prière du soir dans ce qui a toutes les apparences d’une attaque terroriste.

Aux dires de Mohamed Yangui, président du Centre culturel islamique, la prière du soir dans cette mosquée rassemble généralement de 60 à 100 fidèles.

C’est au rez-de-chaussée, où priaient les fidèles masculins que les assaillants, cagoulés, auraient pénétré dans la mosquée, alors que les femmes priaient à l’étage.

Selon les médias locaux, l’un des deux suspects serait âgé de 27 ans et aurait un nom québécois et un des deux suspects avait un fusil d’assaut Kalachnikov AK-47. Mohamed Yangui affirmant pour sa part, sur la foi des témoignages de fidèles sur place, que l’homme aurait eu le temps de recharger son arme trois fois.

Les policiers arrivés sur place ont quant à eux déployé des armes de forts calibres, rapportait pour sa part en début de soirée Zone 911, un portail collaboratif de l’actualité et de l’information du domaine de l’urgence, et ont érigé un important périmètre de sécurité alors que tous les véhicules ambulanciers disponibles étaient dépêchés sur place.

Les victimes ont été conduites au Centre hospitalier (CHU) de Québec, à moins de 4 kilomètres de là.

Un premier suspect a été arrêté sur place.

Vers 21h15 un autre suspect a été entouré par les policiers du Groupe tactique d’intervention sur le pont de l’île d’Orléans.

Une vaste opération policière impliquant plusieurs unités est toujours en cours sur ce secteur au moment d’écrire ces lignes et la circulation est fermée sur le pont dans les deux sens.

Le SPVQ n’écarte pas qu’il y ait d’autres suspects.

Un acte terroriste

Le gouvernement du Québec, tout comme celui du Canada, considérant qu’il s’agit bien d’une attaque terroriste, a mis em place la structure de gestion policière contre le terrorisme qui implique la Gendarmerie royale du Canada, la Sûreté du Québec et le Service de police de la Ville de Montréal.

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) se décrit comme un organisme ayant pour but de répondre au besoin spirituel, social et économique de la communauté musulmane qui réside à Québec. Son lieu de culte principal est la grande Mosquée de Québec.

Le Centre culturel islamique de Québec a été fondé en 1985 à l’Université Laval. Il a pour but d’aider les musulmans résidant au Québec à s’intégrer dans la société québécoise, et de promouvoir l’Islam à Québec. Le centre propose divers services et activités tels une école coranique, des cours d’arabe, des services funèbres, la célébration de mariages et de naissances, des conférences, etc.

Le Centre prend régulièrement position dans le débat politique québécois. Il a notamment témoigné devant la Commission Bélanger-Campeau et la Commission Bouchard-Taylor. En 2011, il a également témoigné en commission parlementaire à l’Assemblée nationale du Québec contre certains aspects du projet de loi 94 présenté par le gouvernement Jean Charest encadrant l’administration des services de l’État à visage découvert. En 2013, il avait dénoncé avec force le projet de Charte des valeurs qui voulait interdire les signes religieux, notamment le voile islamique.

C’est ce même Centre où avait été déposée nuitamment en juin dernier une tête de porc. Alors que la consommation de porc est interdite chez les musulmans, la tête avait été placée dans un emballage-cadeau transparent accompagné d’une note sur laquelle était inscrit « Bonne [sic] appétit ».

La mosquée faisait depuis l’objet d’une surveillance régulière de la part de policiers du Service de police de la Ville de Québec. En outre, coincidence ou pas, le site du Centre est actuellement inaccessible et semble avoir été piraté.

Condamnation unanime par la classe politique

Sur son compte twitter ce soir, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, écrit: « Le Québec rejette catégoriquement cette violence barbare. Toute notre solidarité aux proches des victimes, des blessés et à leur famille. », ajoutant aussi quelques minutes plus tard: « Unissons-nous contre la violence. Solidarité avec les Québécois de confession musulmane. ».

Il a aussi demandé demandé à l’Assemblée nationale de mettre en berne de le drapeau du Québec.

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau a écrit pour sa part « Ce soir, les Canadiens pleurent les victimes de l’attaque lâche dans une mosquée de Québec. Mes pensées sont avec les victimes et leurs familles. ».

La chef conservatrice, Rona Ambrose, a écrit quant à elle il y a quelques heures sur son compte Twitter « Terrible nouvelle. Venons de rentrer de Québec. Prions pour les victimes de ce crime innommable. Responsables doivent affronter la justice. ».

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a quant à lui écrit en fin de soirée sur sa page Facebook: « Québec est en deuil ce soir. La violence et l’intolérance à l’égard de qui que ce soit, groupes ou individus, est tout simplement injustifiable et inacceptable. Mes premières pensées vont aux familles des victimes et à tous les fidèles de la mosquée de Sainte-Foy. », ajoutant « Toute la ville est avec vous et nous serons à vos côtés afin de traverser cette terrible épreuve qui dépasse la raison. Demeurons unis, la solidarité est la meilleure réponse à offrir devant cette tragédie humaine et gratuite » et concluant en déclarant « Souhaitons-nous du courage, nous en aurons besoin dans les jours à venir! ».

Le maire de Montréal, Denis Coderre, depuis Nice où, ironie du sort, il se trouve pour des rencontres sur l’intolérance, a condamné ces « gestes insensés » et demandé aux Montréalais « de rester calme et de démontrer comme il se doit notre soif de tolérance et de respect envers tous. »

Le maire de Montréal a tenu aussi à souligner la surveillance a été augmentée à tous les niveaux dans la métropole québécoise.