La Canadienne Jill Sinclair, seule femme et seule civile au Conseil sur la réforme de la défense de l’Ukraine

0
La Canadienne Jill Sinclair choisie pour siéger au Conseil consultatif sur la réforme de la défense de l’Ukraine. (NDC)

Le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense, a nommé Mme Jill Sinclair, ancienne sous-ministre adjointe au ministère de la Défense nationale (MDN) qui exerce actuellement la fonction de directrice exécutive de la Direction des concepts, du leadership et de l’engagement stratégiques à l’Académie canadienne de la Défense, pour représenter le Canada au sein du Conseil consultatif sur la réforme de la défense (CCRD) de l’Ukraine.

C’est dans le cadre du séjour du ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan en Ukraine en 2016 que l’on a spontanément offert au Canada de siéger au CCRD.

Cette offre informelle a été suivie par l’envoi d’une lettre au MDN pour inviter officiellement le Canada à siéger au CCRD.

Le CCRD a été créé dans l’objectif de rassembler des experts, qui formuleront des recommandations de haut niveau à l’intention du comité responsable de la réforme, du président de l’Ukraine et de son ministre de la Défense, du chef d’état-major général et commandant en chef des forces armées ukrainiennes, et des hautes autorités politiques du pays.

Ici, en décembre 2016, les Canadiens donnent de nombreux conseils aux instructeurs ukrainiens, durant l’Op UNIFIER. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Depuis 2014, le Canada participe activement aux côtés de ses alliés de l’Alliance du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à l’application de mesures visant à maintenir la sécurité et la stabilité en Europe centrale et en Europe de l’Est au moyen de partenariats, de formation, d’exercices et d’autres tâches opérationnelles.

« La contribution de l’ancienne sous-ministre adjointe Sinclair au processus de réforme de la défense de l’Ukraine démontre une fois de plus notre détermination à appuyer les Ukrainiens dans leurs efforts visant à maintenir la souveraineté, la sécurité et la stabilité de leur pays », a souligné le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

« J’ai totalement confiance en la capacité de Jill Sinclair de soutenir le Conseil consultatif sur la réforme de la défense. Sa vaste expérience et ses connaissances approfondies seront immensément utiles pour les hautes autorités du gouvernement ukrainien et nos collègues militaires. », a déclaré a pour sa part le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense.

« Je suis ravie d’avoir cette opportunité exceptionnelle de contribuer au processus de réforme de la défense de l’Ukraine. Je suis reconnaissante envers le chef d’état-major Vance de m’avoir appuyée et envers le ministre de la Défense Sajjan d’avoir saisi l’occasion d’aider nos alliés européens. », a répondu celle qui devient la représentante canadienne au Conseil consultatif sur la réforme de la défense de l’Ukraine, Jill Sinclair,

Mme Sinclair a exercé la fonction de sous-ministre adjointe (Politiques) au ministère de la Défense nationale de 2008 à 2014. Elle avait auparavant connu une brillante carrière au Bureau du Conseil privé et au ministère des Affaires étrangères.

L’Ukraine amorce actuellement plusieurs réformes institutionnelles au sein de ses forces armées. Pour faire avancer le processus, le gouvernement ukrainien procède à la mise en place d’un comité de réforme du ministère de la Défense qui sera chargé de la planification, de l’organisation, de la mise en œuvre et du contrôle des réformes.

Le Conseil consultatif sur la réforme de la défense est constitué de quatre experts de la défense provenant d’autant de pays membres de l’OTAN et agit au plus haut niveau du gouvernement de l’Ukraine et a même un accès direct au président ukrainien Petro Porochenko.

Outre la Canadienne Jill Sinclair, le conseil est composé du général américain John Philipp Abizaid, qui a dirigé des forces coalisées au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, du major-général lituanien Jonas Adrisk e vici us, premier chef de la Défense de son pays lorsque celui accéda à l’indépendance ce après la chute de l’empire soviétique en 1993, et du général britannique à la retraite Sir Nick Parker qui, tout ai long de ses 40 années de carrière, a servi en Irak, en Afghanistan et en Sierra Leone.

Seule femme et seule civile dans cet aréopage de généraux, Jill Sinclair m’en a pas moins un parcours impressionnant.

Jill Sinclair a été directeur exécutif, Engagements externes et partenariats à l’Académie canadienne de la Défense du ministère de la Défense nationale, où elle fut sous-ministre adjoint (politiques) de 2008 à 2014. De 2006 à 2008, Jill fut secrétaire associé du Cabinet pour la politique étrangère et la défense au Bureau du Conseil privé. Jusqu’en 2006, au ministère des Affaires étrangères, elle fut respectivement coordonnateur spécial du Canada pour le Processus de paix au Moyen-Orient; directeur général du Bureau de la sécurité internationale; directeur exécutif de la Commission internationale sur l’intervention et la souveraineté des États; et directrice de la Direction de la non-prolifération, du contrôle des armements et du désarmement où elle mena le Processus d’Ottawa qui donna lieu à la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel. Elle fut le premier ambassadeur du Canada pour l’action contre les mines. Elle eut des postes diplomatiques à Prague, à la Havane et au Moyen-Orient. Jill est diplômée en science politique et histoire du Collège Glendon à l’Université York. (Source: Université d’Ottawa, Faculté des sciences sociales, École supérieure d’affaires publiques et internationales)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.