Un avion d’entraînement de l’Aviation royale canadienne s’est écrasé au sud de Moose Jaw

L'avion-école à turbopropulseurs CT- 156 Harvard II est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol (Aviation royale canadienne)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’avion-école à turbopropulseurs CT- 156 Harvard II est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol (Aviation royale canadienne)

Un avion d’entraînement de l’Aviation royale canadienne s’est écrasé au sud de Moose Jaw, en Saskatchewan, ce matin.

L’accident s’est produit à environ 50 kilomètres au sud-ouest de Moose Jaw le long de l’autoroute 363 sur une propriété privée, juste à l’est du sanctuaire d’oiseaux migrateurs du lac Old Wives.

Les deux pilotes, un instructeur de vol et un élève-pilote de la base de l’Aviation royale du Canada à Moose Jaw, ont pu s’éjecter de l’avion avant l’écrasement.

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, Daniel Le Bouthillier, responsable des relations avec les médias pour le ministère de la Défense nationale, a confirmé que les deux pilotes s’étaient éjectés vers 10h30 du matin et qu’ils étaient tous deux en vie et que leurs blessures ne mettaient pas leur vie en danger.

« Pour le moment, les circonstances précises menant à l’éjection ne sont pas connus », a dit Dan Le Bouthillier. « Le directeur de la sécurité des vols est impliqué et une enquête sera lancée. »

On a entamé le processus visant à avertir les plus proches parents des pilotes, a dit le porte-parole de la Défense, précisant que l’ARC ne divulguera pas le nom des pilotes afin de respecter leur vie privée.

L’avion à bord duquel volaient les deux pilotes était un CT156 Harvard II.

L’avion-école à turbopropulseurs CT- 156 Harvard II est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol.

Les apprentis-pilotes qui suivent l’Entraînement en vol de l’OTAN au Canada reçoivent en effet une formation de 95 heures sur le Harvard II. Après avoir réussi cette formation de base, ils suivent une formation complémentaire dans un des programmes suivants : avion de chasse, avion multimoteurs ou hélicoptère.

«Doté d’un impressionnant rapport poussée-poids, le CT-156 a une vitesse ascensionnelle initiale d’environ 1 km par minute et peut soutenir des virages à 2 G à une altitude de 7500 m. L’habitacle entièrement pressurisé du Harvard III comprend un ensemble d’instruments électroniques de vol (EFIS) et un système mondial de positionnement (GPS).», peut-on lire à propos du CT-156 Harvard II sur le site de l’Aviation royale canadienne.

En janvier 2014, un incident semblable s’était produit quand un avion CT-156 Harvard II s’était écrasé à environ 16 kilomètres au sud de la base aérienne de la 15e Escadre lors d’une mission d’entraînement de routine, forçant l’élève-pilote et l’instructeur à effectuer une éjection contrôlée.