Fin d’ALOUETTE MOBILE en Floride pour le 425e escadron de Bagotville (PHOTOS)

0

À peine les fêtes de fin d’année passées, Bagotville n’a pas traîné en déployant un de ses deux escadrons d’avions de chasse en Floride, pour prendre part à un exercice conjoint avec les Américains.

Afin de maintenir leurs compétences dans les rôles air-air et air-sol, l’escadron des Alouettes participe régulièrement à des exercices-déploiements, dans les Territoires du Nord-Ouest pour les exercices NORAD, ou bien encore pour des exercices tels que MAPLE FLAG, à Cold Lake (Alberta). Les Alouettes participent également à des exercices conjoints avec les Forces Armées américaines tel AlOUETTE MOBILE, tenu annuellement dans une base Américaine. Et c’est donc ce dernier exercice auquel a pris part cette année le 425e Escadron d’appui tactique, entre le 13 janvier et le 3 février.

En interview depuis la Floride pour 45eNord.ca, le capitaine Sébastien Tremblay-Verreault, qui a été l’un des deux pilotes de Bagotville accompagnant le père Noël durant l’Opération NORAD tracks Santa, explique que les pilotes ont mené un peu de combat rapproché durant l’exercice, mais surtout de la défense anti-aérienne, alternant les rôles régulièrement entre la force amie et la force ennemie avec le 93rd Fighter Squadron volant sur des F-16 Fighting Falcon.

«À la maison on divise nos forces pour jouer la force ennemie et la force amie, alors qu’ici nous avons le 93e escadron, ce qui nous permet de faire des missions à plus grande échelle, d’avoir des forces plus nombreuses», d’affirmer le capitaine Tremblay-Verreault.

L’exercice, qui a eu lieu à Homestead (Floride) a impliqué 12 CF-18 Hornet ainsi que 131 membres militaires de la 3e Escadre Bagotville. ALOUETTE MOBILE fait partie d’un exercice d’une plus grande ampleur appelé CHUMEX (CHUMEX partie 1). Le but de CHUMEX est de conduire un entraînement de combat aérien impliquant plusieurs types d’aéronefs.

Le pilote du 425 explique également qu’en raison de la météo au Canada entre les mois de décembre et mars, la cadence des vols est diminuée. «On perd pas mal de vols en raison de la météo, donc en déploiement on en profite pour en faire plus. Si à la maison on fait 8 vols par jour, ici on en fait 16!». Cela permet également aux pilotes qui s’entraîne de faire leurs qualifications.

«C’est un entraînement qui est plus poussé et nos techniciens sortent aussi de leur zone de confort. On se déploie et on exerce notre capacité à opérer dans un environnement qui n’est pas connu. C’est un beau défi pour l’escadron et ça en fait un scénario qui est réaliste»

Un autre trois semaines d’exercice a commencé, cette fois avec le 433e Escadron d’appui tactique, également de Bagotville.

Le plus gros défi de l’exercice ? Étonnamment ce n’est pas l’aspect «aviation», mais les systèmes! «Au niveau système informatique, c’est pas un réseau local, alors il y a beaucoup d’aspects opérationnels sur des systèmes classifiés, mais à partir des États-Unis, donc c’est un peu plus lent qu’à la maison. Ça nous permet justement de nous habituer et de s’adapter», de conclure le capitaine Tremblay-Verreault.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.