Fusillade de Québec: cérémonie funéraire avec hommage national

0
Aux funérailles le 2 février 2017 à l’aréna Maurice Richard dans l’est de Montréal de Abdelkrim Hassane, Khaled Belkacemi et Aboubaker Thabti, trois des six victimes de la tuerie de la mosquée de Québec,la foule et les dignitaires( de gauche à droite, les maires de Montréal et Québec, Denis Coderre et Régis Labeaume, et les premiers ministres Philippe Couillard et Justin Trudeau. (Twitter/@mclaudebibeau)

Dans un hommage national sans distinction de confessions, des milliers de Canadiens et leur Premier ministre Justin Trudeau ont assisté jeudi avec beaucoup d’émotion et dans l’unité aux funérailles de trois des six personnes abattues dans la mosquée de Québec.

Surmontés de trois grandes couronnes de fleurs blanches, les cercueils, posés sur un catafalque, ont été recouverts, pour deux d’entre eux, du drapeau algérien et le troisième du drapeau tunisien.

Khaled Belkacemi et Abdelkrim Hassane, tous deux d’origine algérienne, et le Tunisien Boubaker Thabti ont succombé dimanche soir, comme trois autres fidèles, aux balles tirées par un étudiant canadien de 27 ans, proche de l’extrême-droite. Huit personnes ont également été blessées.

« C’est une douleur difficile à exprimer, c’est dans les cœurs », a confié à l’AFP Mohamed Lemdani, ressortissant algérien, la cinquantaine, venu comme environ 5.000 personnes participer à une cérémonie tenue dans une patinoire, à deux pas du stade Olympique.

« Nous sommes tous des pères de familles » arrivés au Canada pour travailler et s’intégrer à une société multiculturelle, a-t-il dit.

En début de cérémonie, Cheik Masaad El beltaji a récité des versets du Coran dans le plus grand recueillement d’une foule où Québécois de souche côtoyaient Canadiens d’adoption, toutes confessions confondues, musulmans, chrétiens, juifs.

« C’est tout un pays qui a été ébranlé par cette attaque brutale et haineuse, mais dans ces moments sombres notre pays s’est uni et s’est montré solidaire », a déclaré Justin Trudeau aux côtés d’une classe politique soudée dans la tragédie.

« Non à la violence, non à l’intimidation, au racisme et à la xénophobie », a dit Philippe Couillard, chef du gouvernement de la province francophone du Québec.

« Vive le Québec »

« Sachez que vous êtes ici chez vous », a-t-il lancé à l’adresse des musulmans, qui sont 1,1 million sur les 36 millions d’habitants au Canada.

Pour Saïd Fawaz, président du conseil des Imams du Québec, le drame qui laisse 17 orphelins démontre « une certaine peur de notre communauté ». Les musulmans ne doivent « pas s’isoler et s’enfermer sur eux-mêmes » comme le souhaiterait « notre voisin du sud », a-t-il ajouté en référence au président américain Donald Trump qui a interdit l’entrée sur le sol américain à tous les réfugiés et aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Après la cérémonie, les corps de ces trois Canadiens binationaux devaient être rapatriés dans leur pays d’origine. Khaled Belkacemi, 60 ans, et Abdelkrim Hassane, 41 ans, seront inhumés en Algérie, et Boubaker Thabti, 44 ans, près de Tataouine, au sud de la Tunisie.

Belkacemi, père de deux enfants, était professeur à la faculté des sciences de l’agriculture de l’université Laval à Québec. Père de trois fillettes âgées de 10 ans, 8 ans et 15 mois, Hassane travaillait pour le gouvernement du Québec comme programmateur informatique. Thabti était employé d’une société agro-alimentaire et était père de deux enfants de 11 et 3 ans.

Pour le Canada, cette tragédie est comme une déflagration culturelle. Honorée et défendue avec fierté, la charte des libertés masque mal les fractures d’une société où des mouvements racistes n’ont plus peur d’apparaître au grand jour dans la province francophone québécoise.

Mercredi à la Chambre à Ottawa, un député libéral du parti de M. Trudeau, a livré un vibrant témoignage, reconnaissant à demi-mots l’aveuglement d’une société face à ses démons.

Aux familles des victimes et à la communauté musulmane, le député Joël Lightbound a demandé « pardon d’avoir observé ces dernières années leur ostracisation et leur stigmatisation, d’avoir vu prendre racine dans le coeur de mes semblables, la peur, la méfiance et la haine ».

« Si les mots ont des conséquences, les silences aussi ont des conséquences », a-t-il ajouté.

Jeudi aux funérailles, Denis Coderre, maire de Montréal, a jugé nécessaire à tous de faire un « examen de conscience » pour « changer nos attitudes ou notre langage ».

Une seconde cérémonie funéraire est prévue vendredi à Québec pour les trois autres victimes, dont deux Canado-guinéens, Mamadou Tanou Barry, 42 ans, et Ibrahima Barry, 39 ans, et Azzeddine Soufiane, d’origine marocaine et âgé de 57 ans.

Pendant ce temps, une mosquée de Montréal vandalisée le jour des funérailles des victimes

Pendant ce temps, une mosquée de Montréal a été vandalisée jeudi quelques heures avant que les responsables politiques et des milliers de personnes affichent, lors des funérailles de musulmans tués dimanche à Québec, l’unité du Canada face à l’intolérance.

Une vitre a été brisée et des œufs jetés sur la façade de la mosquée Khadijah, située dans un quartier au sud-ouest du centre de Montréal, a indiqué le député Marc Miller.

« C’est un acte exécrable que je condamne », a déclaré à l’AFP le député qui avait assisté un peu plus tôt à la cérémonie en hommage à trois des six victimes de la fusillade dans une mosquée de Québec survenue dimanche.

Depuis cette tuerie, la police avait renforcé la surveillance aux abords des mosquées dans les grandes villes canadiennes.

« Comme tous les lieux de culte », les mosquées font l’objet d’une surveillance accrue, mais tous les endroits ne peuvent pas être constamment surveillés par les forces de l’ordre, souligne Marc Miller.

Des graffitis ont été peints sur le bas des murs ces derniers jours et, jeudi à l’ouverture de la mosquée, le gardien a découvert les actes de vandalisme, selon les médias locaux.

La police a ouvert une enquête.

Jeudi, les responsables politiques ont tous appelés à l’unité nationale au cours de funérailles de trois des six victimes de la tuerie de la mosquée de Québec.

Lors d’une conférence de presse à l’issue des funérailles, le maire de Montréal Denis Coderre a estimé que la cérémonie avait « été un moment important et historique » en envoyant « un message fort (…) que nous pouvons être égaux et différents à la fois ».

Les commentaires sont fermés.