Irak: le sort du chef de l’EI incertain après un raid aérien, selon l’armée irakienne

0
Capture d’écran d’une vidéo de propagande du chef de l’État islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, désormais désigné par son groupe «Calife» et «Commandeurs des croyants» (Archives/45eNord.ca)

L’armée de l’air irakienne a ciblé une réunion de commandants du groupe État islamique (EI), ont annoncé lundi les forces irakiennes, sans pouvoir préciser si le chef de l’EI Abou Bakr al-Baghdadi était présent.

Une cellule de renseignement avait auparavant surveillé un convoi de hauts commandants de l’EI dans lequel se trouvait le chef du groupe, a affirmé dans un communiqué le Commandement des opérations conjointes, qui coordonne la lutte contre les djihadistes en Irak.

Parti jeudi de la région de Raqa –fief du groupe djihadiste en Syrie– le convoi s’est rendu dans l’ouest de l’Irak, à Al-Qaïm, près de la frontière, selon le communiqué.

Le texte affirme que des F-16 de l’armée de l’air irakienne ont pris pour cible samedi une réunion de ces hauts commandants de l’EI mais ne précise pas si Abou Bakr al-Baghdadi, qui a proclamé en juin 2014 un « califat » sur les territoires conquis par l’EI en Syrie et en Irak, s’y trouvait.

« La frappe directe sur le lieu de la réunion a causé la mort de 13 commandants de Daech (acronyme en arabe de l’EI, ndlr) », ajoute le communiqué, qui a fourni une liste de noms sur laquelle ne figure pas celui de Baghdadi.

Ce texte fait également état de la mort de dizaines d’autres membres de l’EI dans d’autres raids aériens menés samedi sur le même secteur.

Depuis qu’elles ont lancé leur offensive pour reprendre les zones conquises par le groupe djihadiste, les forces armées irakiennes ont rapporté à plusieurs reprises que le chef de l’EI avait été tué ou blessé.

L’état de santé d’Abou Bakr al-Baghdadi n’est pas connu mais le Pentagone avait déclaré en décembre qu’il « était vivant et dirigeait toujours l’EI ».

Les États-Unis proposent une récompense de 25 millions de dollars pour sa tête.

Dans leur communiqué, les forces irakiennes affirment que le chef de l’EI était venu en Irak discuter avec ses commandants « des revers subis à Mossoul », la deuxième ville d’Irak et la plus grande jamais tenue par l’EI.

Les deux principaux bastions de l’EI, Mossoul en Irak et Raqa en Syrie, sont actuellement la cible d’attaques de forces soutenues par une coalition militaire internationale conduite par les Etats-Unis.

Les forces irakiennes ont mis trois mois pour reprendre l’est de la ville de Mossoul et préparent désormais l’assaut sur l’ouest de la ville.

Les commentaires sont fermés.