Trump, Israël, et les palestiniens

0
Trump a rencontré Benjamin Netanyahu aujourd’hui lors d’une conférence de presse afin de renforcer la relation américaine avec Israël, qui était mal en point à la fin de la présidence Obama.(Archives/AFP/DON EMMERT)

Les chefs palestiniens ont demandé à la Maison Blanche ce mercredi de ne pas abandonner la solution des deux États pour résoudre le conflit israélo-palestinien suite au discours du président Trump, qui se disait ouvert à d’autres arrangements que celui-ci si c’était la volonté des deux camps.

Le Washington Post rapporte que les chefs palestiniens étaient choqués suite à ces propos, alors que Trump expliquait plus tard que même si cette option serait la plus facile, il accepterait de se pencher sur d’autres solutions si Israël et les palestiniens étaient d’accord.

Alors que les Palestiniens semblent peu convaincus, Trump a tenu Benjamin Netanyahu aujourd’hui lors d’une conférence de presse afin de renforcer la relation américaine avec Israël, qui était mal en point à la fin de la présidence Obama, notamment avec les propos du secrétaire d’État John Kerry. Le secrétaire d’État américain avait accusé Israël d’avoir engagé « un projet exhaustif pour s’approprier des terres en Cisjordanie qui empêche toute implantation des Palestiniens là-bas ». »

Lors de leur entretien, Trump a annoncé que les États-Unis souhaiteraient fortement déplacer leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, ville disputée entre juifs et musulmans. Cette démonstration de soutien américain pour son allié enragerait les Palestiniens mais aussi les nations arabes aux alentours.

Trump a toutefois expliqué à Netanyahu qu’il souhaiterais qu’Israël cesse de construire des habitations sur les terres disputées de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie.

Les efforts de Trump pour améliorer les relations américano-israéliennes pourraient être encouragés par son gendre, Jared Kushner, qui était présent lors de la conférence de presse.

« Cela fait longtemps que je connais le président et sa famille, et il n’y a personne ne soutienne aussi fortement le peuple juif et l’État juif que le président Donald Trump, » a expliqué Netanyahu lors de la conférence devant NBC news.

M. Netanyahu a expliqué que les deux camps du conflit ont besoin de travailler pour la paix mais il a tout de même dénoncé la haine incessante des Palestiniens pour Israël.

« Ils continuent de vouloir la destruction d’Israël dans leur écoles, dans leurs mosquées, dans leurs manuels scolaires. Vous devez le lire pour le croire, » a-t-il continué.

Trump a dit croire qu’Israël désire un accord de paix, avant d’ajouter que « les Palestiniens doivent se débarrasser de leur haine, qu’on leur inculque à un très jeune age. »

Cet entretien a été précédé par des révélations que le chef de la CIA, Mike Pompeo, s’était entretenu en secret avec le président palestinien Mahmoud Abbas en Cisjordanie ce mardi, selon un officiel palestinien.

Saeb Erekat, un officiel palestinien, a expliqué pour sa part au Washington Post que ce sont les politiciens israéliens et ceux qui soutiennent les colonies juives en Cisjordanie qui sont opposés à la création d’un État palestinien.

Selon Erekat, l’alternative à la solution de deux États, serait « un seul état démocratique et séculaire pour les juifs, les musulmans, et les chrétiens. »

Netanyahu crois que les leaders palestiniens sont faibles et rejectionnistes. Alors que 20% de la population israélienne est arabe, soit 1,7 million, aucun juif n’est autorisé à vivre sur les terres palestiniennes en Cisjordanie ou même à Gaza. « Il n’y a pas de partenaire pour la paix, » dit Netanyahu.

D’après lui, un nouvel État palestinien pourrait rapidement devenir une proie pour le mouvement militant islamiste du Hamas, qui contrôle déjà la bande de Gaza et est voué à la destruction d’Israël.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est quant à lui exprimé au Caire aujourd’hui: « Il n’y a pas de solution alternative pour résoudre la situation entre les Palestiniens et les Israéliens autre que la solution d’établir deux États, et nous devrions faire tout ce qui en notre pouvoir pour la maintenir. »

Les commentaires sont fermés.