Une attaque nucléaire nord-coréenne entraînerait une réponse «écrasante», déclare Mattis à Séoul

0
Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, rencontre le conseiller sud-coréen Kim Kwan-jin lors d’une visite à Séoul, le 2 février 2017. (Sgt. Amber I. Smith/DoD)

Une attaque nucléaire nord-coréenne contre les États-Unis ou ses alliés entraînerait une réponse « efficace et écrasante », a averti vendredi le secrétaire américain à la Défense James Mattis, depuis Séoul.

James Mattis est arrivé jeudi en Corée du Sud. Il s’agit de la première étape d’une tournée qui doit aussi le conduire au Japon, alors que ces deux pays alliés des États-Unis s’inquiètent de l’isolationnisme du président américain Donald Trump.

Le président américain avait publiquement envisagé le retrait des soldats américains du sud de la péninsule coréenne et de l’archipel nippon, à défaut d’une hausse significative de la contribution financière de ces deux pays.

Le secrétaire à la Défense, premier responsable de la nouvelle administration américaine à se rendre à l’étranger, a rencontré le président sud-coréen Hwang Kyo-ahn et le conseiller à la sécurité nationale, Kim Kwan-jin, à Séoul, pour réaffirmer la force de l’alliance entre les États-Unis et la Corée du Sud, a indiqué le commandant de marine Gary Ross, porte-parole de la Défense américaine.

Un avion B-1B Lancer de la Force aérienne des États-Unis, à droite, vole avec deux Eagles sud-coréens F-15K Slam Eagles au dessus de la Corée du Sud, le 21 septembre 2016. Deux Lancers de la Force aérienne américaine ont volé ce jour le plus près de la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord qu’avaient jamais volé des avions de ce type. (Armée de l’air sud-coréenne/capitaine en chef Sgt. Kim Kyeong-ryul)
« Toute attaque contre les États-Unis ou nos alliés sera vaincue et l’utilisation d’armes nucléaires entraînera une réponse efficace et écrasante », a déclaré Mattis avant une réunion avec le ministre Han Min-Koo.

La Corée du Nord a réalisé en 2016 deux essais nucléaires et des dizaines de tests de missiles. Les experts s’accordent à dire que le régime de Pyongyang, dont l’ambition est de pouvoir porter le feu nucléaire sur le territoire continental américain, a fait d’énormes progrès vers cet objectif.

Dans son discours du Nouvel an, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un avait vanté l’imminence d’un test de missile balistique intercontinental (ICBM).

Lors de ses rencontres à Séoul, Mattis a tenu à rassurer ses partenaires en soulignant la priorité accordée par le président Trump à la région Asie-Pacifique et au renforcement de l’alliance entre les États-Unis et la Corée du Sud. l’ex général des Marines a également souligné que les États-Unis demeurent résolus dans leur engagement à défendre la Corée du Sud et que l’engagement de « dissuasion étendue » des États-Unis reste ferme et inchangé.

Le système THAAD tire des missiles conçus pour intercepter et détruire des missiles balistiques alors qu’ils sont encore juste à l’extérieur de l’atmosphère ou bien qu’ils viennent d’y entrer, durant leur dernière phase de vol. (US Missile Defense Agency)
Les responsables sud-coréens ont insisté auprès du secrétaire américain sur l’importance d’une coopération étroite face à la menace nucléaire et à celles des missiles balistiques nord-coréens, a aussi indiqué le commandant Ross.

Le chef du Pentagone a répondu que l’alliance continuerait à prendre des mesures défensives en réponse à cette menace en développement, comme le stationnement dans la péninsule coréenne du Terminal High Altitude Area Defense (THAAD), le bouclier antimissiles américain, a indiqué le commandant Ross.

Finalement, James Mattis, déclarant qu’il avait hérité d’une alliance déjà forte, s’est engagé pendant son mandat à la rendre plus forte que jamais, a indiqué le porte-parole de la Défense.

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.