Ex PIÈCES MOBILES à Valcartier: les M777 tireront des obus de 155 mm de nuit comme de jour

0
Au cours de l’Exercice PIÈCES MOBILES, quelque 500 obus de 155 mm seront utilisés, parfois de nuit. Les obus seront propulsés à partir d’obusiers «M777». (MDN)

Dans le cadre de l’Exercice PIÈCES MOBILES, environ 150 membres du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada (5 RALC) pratiqueront le tir d’obus du 20 au 24 mars 2017 dans les secteurs d’entraînement de la Base Valcartier, principalement au nord de la rivière Jacques-Cartier.

Au cours de l’Exercice PIÈCES MOBILES, quelque 500 obus de 155 mm seront utilisés, parfois de nuit. Les obus seront propulsés à partir d’obusiers «M777», plus légers et plus petits que tous les autres canons du même type, tout en étant plus puissants.

L’Exercice PIÈCES MOBILES n’est lié à aucun déploiement spécifique.

Cet entraînement vise essentiellement à confirmer et à maintenir les habiletés des artilleurs à procéder au tir réel d’obus. Les soldats auront notamment à s’accoutumer à travailler en état de fatigue en prolongeant les manœuvres de plusieurs heures sans bénéficier de sommeil, ainsi qu’à s’habituer à œuvrer dans le froid et la noirceur.

Le service des affaires publiques de la 2e Divivion du Canada a d’ailleurs tenu à s’excuser d’avance les niveaux de bruits plus élevés qu’à l’habitude qui sont à prévoir lors de tirs d’obus-parfois de nuit-qui auront lieu pendant cet entraînement nécessaire sur la Base Valcartier, puisque les artilleurs doivent être exposés à toutes les conditions auxquelles ils pourraient être confrontés en contexte opérationnel. Il est ainsi important d’entraîner les militaires de jour comme de nuit.

«Nous sommes conscients des désagréments causés par le bruit des tirs d’obusiers. C’est pourquoi nous réduisons le plus possible le recours aux tirs réels pendant la nuit pour éviter de nuire à la quiétude des résidents. Cependant, l’artillerie est un domaine de pointe qui nécessite une pratique continuelle de la part des soldats. L’Exercice PIÈCES MOBILES est justement conçu pour offrir aux artilleurs l’occasion d’appliquer leur savoir-faire afin de permettre à l’unité d’offrir un appui feu efficace en cas de manœuvres opérationnelles.», a tenu à souligner le lieutenant-colonel Francis Poitras, commandant du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada.

L’artillerie fait partie des armes de combat, qui comprennent également les soldats d’infanterie, du corps blindé et du génie de combat. Les artilleurs sont responsables de la surveillance, de l’acquisition d’objectifs et du tir indirect visant à engager le combat avec l’ennemi.

Le 5 RALC a, lui, le mandat de générer les ressources d’appui-feu afin d’appuyer le 5 GBMC et les Forces armées canadiennes dans l’atteinte de leurs mandats. Le Régiment fournit deux Batteries de Canon 155 mm, une Batterie d’acquisition d’objectif et les ressources d’appui aérien avancé, de centre de coordination des feux d’appui et d’acquisition d’objectifs. Il comporte en tout cinq batteries autorisées: X, Q, V, R et CS.

Les commentaires sont fermés.