Le NCSM Athabaskan tire sa révérence après 44 ans de distingués services

0
Le NCSM Athabaskan en formation avec 2 navires de défense côtière et une frégate américaine lors de l’exercice CUTLASS FURY le 18 septembre 2016. (Caporal Kenneth Galbraith)

La cérémonie de mise hors service du NCSM Athabaskan a eu lieu aujourd’hui à l’arsenal CSM de Halifax. Elle mettait un terme à plus de 44 ans de distingués services du NCSM Athabaskan, dernier des quatre destroyers de défense aérienne de zone de classe Iroquois que possédait la Marine royale canadienne (MRC), en plus de clore un chapitre important de l’histoire de la MRC.

La classe Iroquois était une classe de navires conçue au Canada spécialement pour relever les défis de la défense et de la sécurité propres à la guerre froide et à l’après-guerre froide, à la fin du XXe siècle. Les bâtiments de cette classe étaient les premiers à être dotés d’une technologie sonar canadienne de pointe destinée à la surveillance sous-marine. De plus, ils pouvaient accueillir deux grands hélicoptères maritimes sur leurs ponts d’envol, ce qui a contribué à perfectionner les opérations de combat.

Grâce à la Stratégie nationale de construction navale, la MRC traverse actuellement l’une des plus grandes périodes de modernisation et de renouvellement de la flotte qu’elle ait connue à l’ère moderne.

Certes, avec le retrait de la classe Iroquois, la MRC perd la capacité de défense aérienne de longue portée que celle-ci fournissait, mais les frégates canadiennes de patrouille modernisées de classe Halifax, les navires de défense côtière de classe Kingston et les sous-marins de classe Victoria assureront le passage vers la flotte de l’avenir.

En effet, grâce à ces plateformes, la MRC continuera de jouer son rôle essentiel dans la défense de notre pays et la protection de la souveraineté canadienne dans trois océans. En outre, la MRC continuera de fournir au gouvernement du Canada des forces maritimes modulables pouvant être déployées partout dans le monde pour défendre les intérêts nationaux par la défense, la sécurité et le renforcement des capacités d’États étrangers, ainsi que pour mener des opérations d’aide humanitaire.

La Marine est impatiente de prendre possession de son premier navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique de classe DeWolf et d’un navire de ravitaillement en mer loué du secteur privé destiné à soutenir les déploiements à longue distance d’une force maritime largement reconnue pour sa portée et son influence mondiales. C’est toutefois le navire de combat de surface canadien qui redonnera à la Marine son plein potentiel, comme l’avait fait le destroyer de classe Tribal durant sa remarquable période de service qui s’est étendue de 1970 à 2017.

« Le NCSM Athabaskan et ses navires jumeaux de classe Iroquois ont remarquablement bien servi la MRC pendant plus de 40 ans. Nous nous tournons vers le passé pour nous remémorer la grande contribution de ces navires – et de leurs équipages – à la défense du Canada et au soutien fourni à nos alliés et partenaires aux quatre coins du monde. Nous nous tournons aussi vers l’avenir en nous assurant que la Marine royale canadienne demeure prompte et apte à réagir grâce au projet des navires de combat canadiens, qui remplaceront nos destroyers de classe Iroquois et frégates de classe Halifax. », a déclaré le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan.

« Nous marquons aujourd’hui la fin d’une époque. Le NCSM Athabaskan est le dernier des destroyers de classe Tribal à être mis hors service. Quand le Canada a pris possession de ce navire, il représentait une telle avancée technologique qu’on le qualifiait de ‘bâtiment de l’ère spatiale’. Ceux qui ont eu la chance de naviguer sur un de ces navires soulignent aujourd’hui le rôle considérable de chef de file que l’Athabaskan et ses navires jumeaux ont joué dans la défense du Canada et le soutien de nos partenaires et alliés. Les Canadiens peuvent se souvenir avec fierté de l’intervention du Canada à la suite de l’occupation du Koweït, des attentats terroristes du 11-Septembre, de l’ouragan Katrina et du terrible séisme en Haïti. Je sais que tous les marins d’aujourd’hui sont fiers d’être dans le sillage de ceux qui ont brillamment servi à bord du NCSM Athabaskan durant les 44 dernières années. Ici, aujourd’hui, nous sommes aussi résolus et aussi dévoués que les marins qui ont foulé le pont de ce navire le jour de sa mise en service. », a pour sa part déclaré le vice-amiral Ron Lloyd, commandant de la Marine royale canadienne.

« En tant qu’ancien marin formé et mentoré à bord d’un destroyer de classe Tribal, je suis très conscient de la grande importance que revêt la mise hors service de ce navire. Le nom Athabaskan, comme ceux des navires-jumeaux Iroquois, Algonquin et Huron, évoque la grandeur de notre pays, ses grands espaces, ses premiers peuples et la contribution considérable de la Marine royale canadienne, en temps de guerre comme en temps de paix. Des dizaines de milliers de Canadiens ont servi à bord de ces navires, et je suis sûr qu’ils ressentent aujourd’hui un pincement au cœur. Je les remercie pour leur service et leur contribution à une force maritime qui demeure déterminée, efficace et entièrement résolue à donner le meilleur d’elle-même dans les opérations de sécurité maritime qu’elle mène partout où il y a de l’eau et chaque fois que le gouvernement du Canada fait appel à ses services. », a quant à lui déclaré le contre-amiral John Newton, commandant des Forces maritimes de l’Atlantique.

Faits en bref

Le NCSM Athabaskan, un destroyer de défense aérienne de zone, a pris part à un grand nombre d’opérations nationales et expéditionnaires et a protégé la souveraineté du Canada dans l’Atlantique Nord. Destroyer porte-hélicoptères spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, ce navire a été conçu et construit pour mener des opérations dans les eaux démontées de l’Atlantique Nord en vue de faire régner les lois du Canada dans les eaux territoriales.

Troisième navire de la MRC à porter ce nom, l’Athabaskan a été construit au Québec et mis en service le 30 septembre 1972. À l’époque, il s’agissait du navire de guerre anti-sous-marine le plus moderne du Canada.

De 1991 à 1994, le NCSM Athabaskan a subi une transformation majeure et est alors devenu un navire de guerre anti-aérienne. Au terme des travaux, l’Athabaskan était une plateforme moderne de défense aérienne de zone dotée d’armes, de détecteurs et de systèmes de commandement et de contrôle à la fine pointe de la technologie.

Lorsqu’un navire est mis hors service, on dit qu’il est désarmé, parce qu’autrefois, on en débarquait le personnel, les armes et le matériel. Le pavillon de navire et la flamme du capitaine étaient descendus, et le navire était habituellement mis en réserve.

Aujourd’hui, l’équipage du navire l’a acclamé et a quitté son bord pour la dernière fois, suivi du commandant, au son des honneurs au sifflet, pendant que la flamme de mise en service, le pavillon de beaupré et le pavillon du navire étaient descendus, et que le pavillon de bâbord était hissé. Un hommage bien mérité pour un navire et des marins qui ont servi avec distinction.

Les commentaires sont fermés.