Les « enfants de Daech», un «danger pour demain» selon des responsables belges

0
L’EI a diffusé le 4 juillet 2015 une vidéo montrant une exécution de masse par de jeunes adolescents de 25 soldats syriens dans la cité antique de Palmyre, en Syrie. (capture d’écran/vidéo EI/45eNord.ca)

Les enfants nés en Syrie de combattants du groupe État islamique (EI), « militairement entraînés dès l’âge de sept ou huit ans », pourraient constituer un « danger pour demain », ont estimé mercredi de hauts responsables belges experts des dossiers de terrorisme.

« La Belgique compte encore quelque 160 personnes qui sont là-bas, des hommes et des femmes, et une vingtaine souhaitent rentrer » en Belgique, a expliqué à un groupe de journalistes l’un de ces responsables, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat à quelques jours du premier anniversaire des attentats revendiqués par l’EI qui ont fait 32 morts dans le métro et à l’aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016.

Il n’y a pas de signe d’un prochain retour massif des combattants de Syrie et « la plupart de ceux qui veulent rentrer sont des femmes, qui veulent revenir parce que beaucoup d’enfants sont nés là-bas », a-t-il ajouté.

Selon ce responsable, quelque « 80 » de ces derniers sont les enfants de combattants partis de Belgique. Un chiffre « similaire » à celui des enfants nés de djihadistes originaires d’autre pays européens, a-t-il estimé, citant les chiffres de « 80 pour les Pays-Bas » et de « 200 ou 300 pour la France ».

« Même s’ils ne représentent pas une menace immédiate, ils pourraient être le danger de demain », a poursuivi le responsable belge, selon qui, outre les 80 toujours en Syrie, « 18 sont déjà rentrés ».

« Nous savons qu’au sein de Daech (acronyme de l’EI en arabe), ces enfants, une fois qu’ils ont sept, huit ou neuf ans, reçoivent un entraînement militaire, qu’ils subissent un lavage de cerveau… Donc, bien sûr, ils deviennent un risque. Ils ont vu des atrocités, des bombardements. C’est une question délicate, complexe », a-t-il encore estimé.

Si, pour les mères, le parquet fédéral belge, chargé des dossiers de terrorisme, émet systématiquement des mandats d’arrêt, afin de permettre à un juge de déterminer à l’issue d’un procès si elles ont activement soutenu une organisation terroriste, les enfants suivent quant à eux une procédure différente, qui dépend des parquets locaux, a expliqué un autre responsable.

« Pour les enfants, nous essayons bien entendu d’intégrer dès le début la dimension de protection sociale. Pour les adultes, une fois qu’ils sortent de prison, nous devons aussi engager un processus de déradicalisation », a encore expliqué cette source.

Les commentaires sont fermés.