Les vétérans canadiens sont mieux avantagés mais il reste encore des disparités

0
http://www.45enord.ca/2013/02/processus-de-demande-de-prestations-injuste-et-partial-dit-lombudsman/
L’ombudsman des vétérans, Guy Parent (Photo: Archives/ Bureau de l’ombudsman)

Selon Guy Parent, l’Ombudsman des vétérans depuis sept ans, le système d’avantages donnés aux vétérans blessés canadiens, bien que plus généreux, reste bien trop compliqué et Ottawa n’a jamais explicitement dicté quels étaient les avantages souhaités.

L’Adjudant-chef à la retraite Guy Parent a expliqué lors d’un entretien avec le Globe and Mail que parmi les 57 recommandations faites par son bureau depuis sa création il y a dix ans, 23 ont été complètement mises en oeuvre et 13 ont été évaluées.

Bien qu’il y ai eu de gros progrès pour les avantages donnés aux vétérans canadiens, 20 de ces recommandations n’ont toujours pas été mises en place. Certaines d’entre elles avaient même été rédigées par M. Pat Stogran, le prédécesseur de M. Parent, en 2009.

Lors de son entretien avec le Globe and Mail, M. Parent a expliqué que le gouvernement canadien était toujours indécis quand à l’objectif des avantages et des services offerts aux vétérans blessés et handicapés.

Leur rôle est-il d’assurer que les vétérans blessés vivent sur ou au dessus de la ligne de pauvreté, ou qu’ils puissent avoir accès à un revenu plus élevé ?

Trois des vingts recommandations ont été placées en priorité. La première étant la compensation pour les aidants familiaux, qui sacrifient leur carrières afin de s’occuper de vétérans blessés, mais qui ne sont pas éligibles pour la rémunérations qui serait donnée à un travailleur social employé pour le même travail.

La seconde recommandation serait le fait qu’il n’existe aucun paiement rétroactif pour les services de santé payants, comme les traitements psychologiques, qui sont fourni aux vétérans en attendant d’être approuvé pour des avantages par le ministère des Anciens Combattants.

Certains vétérans n’auraient donc pas accès à un traitement « entre le moment où ils postulent jusqu’à ce qu’ils obtiennent une réponse. Leur situation peut donc se détériorer, » explique M. Parent.

Troisièmement, certains vétérans blessés qui ne peuvent pas travailler ne reçoivent pas assez d’argent nécessaires pour leur besoins.

Les vétérans peuvent attendre des mois avant de recevoir leur premier chèque de pension et leur avantages.

Dans les mois à venir, le bureau des vétérans Ombudsman publiera un rapport qui comparera les avantages offerts sous la nouvelle Charte des vétérans à ceux fourni sous l’ancien Régime de pensions.

M. Parent a dit que ces services et avantages nécessiteront une évolution constante puisque « les militaires exécuteront d’autres missions. »

« Il y aura différents impacts, et il y aura de nouvelles technologies, » explique-t-il. Le système devra donc toujours s’adapter afin d’assurer les besoins immédiats des vétérans.

Les commentaires sont fermés.