Marines United: la hiérarchie appelle les soldats à dénoncer les sites de photos salaces de consœurs

Des Marines américains avec la compagnie Alpha, Bataillon d'infanterie de formation, École d'infanterie-Est, au Camp Geiger, N.C., le 1er août 2014. (Lance Cpl Nicholas Trager/USMC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes


Le général Robert Neller, qui commande le corps des Marines, s’exprimait le 7 mars sur l’affaire Marines United. Il doit comparaître le 14 mars à 10h sur cette question devant le Comité des Forces armées du Sénat américain, d’abord en « session ouverte », puis en « session fermée ».(USMC)

Le Pentagone a demandé vendredi aux militaires de signaler à leur hiérarchie toute plateforme de partage de photos dénudées de femmes militaires, postées à leur insu, suite à un scandale qui secoue le corps des Marines.

« Nous voulons que le personnel qui subit ou est témoin de ce comportement en ligne le dénonce rapidement à sa chaîne de commandement », a indiqué Jeff Davis, porte-parole du Pentagone, évoquant également d’autres options disponibles comme saisir les services de prévention du harcèlement sexuel ou d’aides au famille.

La publication de clichés dans ces circonstances représente une « violation scandaleuse des valeurs fondamentales qui sont les nôtres au ministère de la Défense », a déclaré Jim Mattis, secrétaire à la Défense et lui-même ancien général des Marines.

Le prestigieux corps expéditionnaire de l’armée américaine, est actuellement secoué par la révélation de l’existence d’une page Facebook sur laquelle des Marines, actuels ou anciens, partageaient des photos de leurs camarades dénudées.

Ces photos étaient partagées à l’insu des femmes concernées, par exemple par d’anciens compagnons, et s’accompagnaient de commentaires salaces. Certaines femmes étaient même identifiées, avec le nom de leur unité.

La page privée Facebook, intitulée Marines United et désormais fermée, comptait près de 30.000 abonnés. Le service d’enquête criminelle de la marine américaine, le NCIS, a ouvert une enquête.

Et le site Business Insider a révélé jeudi l’existence d’une autre plateforme de partage, dépassant cette fois le cadre des Marines pour s’étendre à d’autres services de l’armée américaine. Les contributeurs s’encourageaient à chercher des clichés, y compris en désignant des femmes à prendre pour cible, et à les publier.

« Des centaines de photos de femmes dénudées de tous les services de l’armée américaine » ont été partagées sur le site AnonIB, selon Business Insider.

Le commandant du prestigieux corps américain des Marines, le général Robert Neller, s’exprimant vendredi devant la presse au Pentagone, a pour sa part admis son embarras face aux trafics de photos intimes de femmes Marines, diffusées sans leur consentement par des collègues masculins. «J’ai un problème de génération ici. (…) Je ne vais pas sur les réseaux sociaux, peut-être que c’est une erreur», a expliqué le général.

Début mars, le corps des Marines s’était déclaré dans un communiqué « très préoccupé par les commentaires dénigrants et les photos salaces ». « Nous ne tolérerons pas le harcèlement en ligne ou hors ligne », avait-il ajouté sur Twitter.

C’est en 2016 que l’administration Obama a supprimé les dernières discriminations en fonction du sexe dans l’armée, ouvrant aux femmes tous les postes de combat (forces spéciales, infanterie, blindés…), même les plus exposés.

Le corps des Marines est celui qui s’était montré le plus réticent à cette évolution.