PCSS: négociations en cours entre les promoteurs de 26 projets novateurs et la Défense nationale

0
Recherche et développement pour la défense

Évaluation des risques et dépistage précoce dans le cadre des déplacements aériens, étude des stratégies de recrutement des jeunes en ligne, cyberdéfense pour les réseaux électriques, des négociations sont en cours entre les promoteurs de 26 projets visant à améliorer la sécurité du Canada et le ministère de la Défense nationale dans le cadre du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) qui met cette année 20 millions $ à disposition des promoteurs.

Ces projets, sélectionnés dans le cadre de l’appel de propositions du PCSS lancé en mai 2016, favoriseront les partenariats entre le gouvernement du Canada, les gouvernements provinciaux, les municipalités, le secteur privé, l’industrie, le milieu universitaire et les organisations non gouvernementales.

Le PCSS est un programme fédéral dirigé par Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), en partenariat avec Sécurité publique Canada. Ce modèle de collaboration fait en sorte que des organismes clés du gouvernement, de l’industrie, du milieu universitaire et des organisations internationales travaillent ensemble pour affronter les enjeux les plus importants auxquels fait face le Canada en matière de sûreté et de sécurité.

« Les partenariats tels que ceux favorisés par le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité sont d’excellents exemples du travail qui peut être accompli lorsque le gouvernement, le milieu universitaire et l’industrie travaillent ensemble pour contribuer à la sûreté et la sécurité des canadiens et de leurs collectivités. », a souligné le ministre de la Défense, Harjit Sajjan.

« Ces investissements témoignent de l’engagement du gouvernement à soutenir les projets de science et de technologie novateurs qui renforcent la résilience du Canada face aux situations d’urgences. Ces projets vont appuyer les canadiens et nous permettre de travailler ensemble pour protéger nos collectivités en temps de crises. », a pour sa part déclaré le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale.

Dans le communiqué qui annonce les 20 millions $ qu’entend investir Ottawa cette année dans le programme, le ministère de la Défense nationale rappelle que, dans le passé, les fonds du PCSS « ont permis aux professionnels de la sûreté et sécurité, y compris les premiers intervenants, de recevoir une formation qui leur permet de mieux intervenir en cas d’incidents tel que des déraillements de train impliquant des liquides inflammables comme celui qui s’est produit à Lac-Mégantic en 2013 », de « développer un logiciel de prévision qui prédit et mesure les risques associés à la fumée des feux de friche » et d' »appuyer la recherche de technologies visant à améliorer le contrôle du fret pour le dépistage des drogues et des matières dangereuses, ainsi que des technologies visant à améliorer l’identification d’activités suspectes dans la région des Grands Lacs. Toutes ces activités contribuent à rendre le Canada plus sécuritaire. »

Parmi les projets retenus pour cette année, notons celui d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada qui vise l’application de nouvelles connaissances et technologies en vue d’élaborer un prototype pour l’évaluation des risques et le dépistage précoce dans le cadre des déplacements aériens en collaboration et dans le respect de la vie privée.

La GRC pour sa part mènera un projet visant à permettre aux chercheurs de mieux comprendre les relations entre les stratégies de recrutement des jeunes en ligne et hors ligne ainsi que la contribution de ces jeunes à la formation de collectivités.

Au Québec, le Centre de la sécurité des télécommunications combinera son expertise en technologie de l’information avec l’expertise d’Hydro-Québec sur les technologies opérationnelles pour développer des méthodes de cyberdéfense pour les réseaux électriques et, toujours au Québec, le service ambulancier du comté de Frontenac dirigera un projet pour élaborer une norme canadienne visant la conception, l’équipement et les fournitures des ambulances.

Vous pouvez consulter (ci-dessous) un aperçu des 26 projets retenus dont tous les détails seront rendus public lorsque les négociations entre les promoteurs de projets et le gouvernement du Canada auront mené à une entente finale.

Les détails des projets seront rendus public lorsque les négociations entre les promoteurs de projets et le gouvernement du Canada auront mené à une entente.

Source: Défense nationale

Agriculture et Agroalimentaire Canada dirigera un projet visant à établir un lien entre les données de divers laboratoires gouvernementaux et non gouvernementaux sur les espèces de plantes et d’organismes nuisibles et les renseignements contenus dans les évaluations des risques produites par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Énergie atomique du Canada limitée (EACL), par l’entremise de Laboratoires Nucléaires Canadiens, dirigera un projet visant à déterminer s’il est possible d’adapter une technologie de spectromètre de masse récemment mise au point pour créer un outil mobile, plus rapide et moins coûteux pour détecter des matérieux illicites pour la detection de matières illicites dans le domaine de l’expertise judiciaire nucléaire et la réponse d’urgence.

EACL dirigera, par l’entremise de Laboratoires Nucléaires Canadiens, un projet d’enquête sur diverses méthodes et technologies pour détecter les anomalies dans les systèmes de contrôle industriels afin de repérer les intrusions et les cyberattaques.

BC Housing dirigera l’élaboration d’un processus d’évaluation des dommages et de la sécurité qui permettra aux collectivités d’évaluer rapidement le degré de sécurité des immeubles endommagés lors d’urgences de grande ampleur.

Oceans Network Canada mènera un projet visant la création d’un système d’alerte rapide en cas de tremblement de terre.

L’ACIA dirigera un projet pour accroître la vitesse et l’efficacité de l’échange de données et de renseignements entre les experts qui interviennent en cas d’urgence phytosanitaires afin de mieux prévenir et atténuer les éclosions de maladies.

La Commission canadienne de sûreté nucléaire dirigera un projet visant à renforcer la capacité du Canada de déterminer la provenance des matières nucléaires et radioactives à l’appui de la réduction et de la prévention de leur utilisation dans le cadre d’activités criminelles.

Le Centre de recherches sur les communications Canada mènera un projet visant à fournir aux organismes locaux un accès immédiat à des technologies d’accès sans fil à large bande évoluées compatibles avec les normes de l’industrie et interexploitables en situation d’itinérance à l’échelle nationale.

Le Centre de la sécurité des télécommunications combinera son expertise en technologie de l’information avec l’expertise d’Hydro-Québec sur les technologies opérationnelles pour développer des méthodes de cyberdéfense pour les réseaux électriques.

Le service ambulancier du comté de Frontenac dirigera un projet pour élaborer une norme canadienne visant la conception, l’équipement et les fournitures des ambulances.

Les services médicaux d’urgence du comté de Lambton dirigeront un projet visant à repérer les populations vulnérables en situation d’urgence ou de crise et à créer une base de données fondée des données cartographiques incluant l’emplacement des personnes ainsi que leurs besoins.

RDDC dirigera un projet visant à perfectionner le Planificateur urbain rapide, un outil utilisé pour prédire les effets d’explosions en milieu urbain en recourant à la modélisation de l’effet de souffle.

Emploi et Développement social Canada dirigera un projet visant à améliorer les outils et les processus actuellement utilisés pour le recrutement et le maintien en emploi, nécessaires pour encourager la participation bénévole des jeunes adultes.

Le Bureau des mesures d’urgence du gouvernement du Yukon mènera un projet visant à mettre à l’essai, à perfectionner et à analyser une technologie de réseau à large bande moderne pour la sécurité publique (Internet haute vitesse), ce qui permettra d’améliorer la façon dont les premiers répondants communiquent en situation d’urgence.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada dirigera un projet visant l’application de nouvelles connaissances et technologies en vue d’élaborer un prototype pour l’évaluation des risques et le dépistage précoce dans le cadre des déplacements aériens en collaboration et dans le respect de la vie privée.

Affaires autochtones et du Nord Canada dirigera un projet consistant à élaborer une stratégie pour accroître la résilience au sein des collectivités autochtones par l’établissement d’une stratégie de résilience sociétale en incluant les partenaires qui contribuent à la gestion des urgences.

Le service des incendies et des urgences de la municipalité de Kincardine procédera à une étude en collaboration avec des partenaires du milieu rural en vue d’élaborer une trousse d’outils pour optimiser l’interopérabilité des communications et d’aider la région à devenir plus résiliente.

Ressources naturelles Canada (RNCan) dirigera un projet visant la création d’une application Web qui prendra la forme d’un schéma illustrant les analyses de risque de séisme et d’inondation pour accroître les connaissances et comprendre la vulnérabilité aux dangers naturels.

RNCan dirigera un projet visant l’élaboration d’une série de cartes de tout le Canada montrant les risques et les caractéristiques liés aux incendies ainsi que les ressources en carburant afin d’aider les organismes de gestion des incendies à repérer les secteurs à risque et à les classer en ordre de priorité.

Le Bureau de gestion des urgences de la Nouvelle-Écosse mènera un projet visant à élaborer un outil de décision tactique fondé sur le jeu pour former les gestionnaires des urgences afin qu’ils puissent mieux gérer les processus d’évacuation des villes côtières.

RNCan dirigera un projet en vue d’élaborer un outil permettant d’émettre des alertes et des avertissements en cas d’embâcle glaciaire à l’échelle régionale.

La Garde côtière canadienne mènera un projet visant à améliorer la capacité du Canada à surveiller les activités des petits et grands navires sur les Grands Lacs.

PrimeCorp de la Province de la Colombie-Britannique mènera un projet consistant à intégrer un nouveau système de gestion des justificatifs d’identité dans les applications existantes des forces policières de la province afin de réduire le temps consacré à la connexion à des comptes d’utilisateur multiples.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) dirigera un projet visant à améliorer la détection des navires, et particulièrement des petits navires, en situation de silence radio.

La GRC mènera un projet visant à permettre aux chercheurs de mieux comprendre les relations entre les stratégies de recrutement des jeunes en ligne et hors ligne ainsi que la contribution de ces jeunes à la formation de collectivités.

Le service policier de Windsor mènera une étude consistant à examiner un logiciel d’analyse poussée et de visualisation des données répondant aux besoins des forces de l’ordre.

Les commentaires sont fermés.