Un chef de la NSA juge «insensées» les accusations d’espionnage de Trump contre les britanniques

0
La National Security Agency (NSA, «Agence nationale de la sécurité ») est un organisme gouvernemental du département de la Défense des États-Unis, responsable du renseignement d’origine électromagnétique et de la sécurité des systèmes d’information et de traitement des données du gouvernement américain (Wikipédia)

Le numéro deux de l’agence de renseignement américaine NSA estime « complètement insensées » les accusations d’espionnage visant le Royaume-Uni et relayées jeudi par l’administration Trump, dans un entretien à la BBC publié samedi.

L’ancien juge Andrew Napolitano avait affirmé, en début de semaine, sur la chaîne d’information Fox News, que Barack Obama avait eu recours à l’agence de surveillance britannique GCHQ pour mettre sur écoute les lignes téléphoniques de la Trump Tower, résidence de Donald Trump.

L’assertion a été relayée par le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, puis évoquée par Donald Trump lui-même, qui ne l’a pas réfutée.

Pour Rick Ledgett, directeur adjoint de la NSA – chargée d’intercepter les communications électroniques – lancer ou relayer de telles accusations témoigne « d’une incompréhension totale de la manière dont fonctionnent nos relations » avec le Royaume-Uni, a-t-il expliqué lors de l’entretien.

« Bien sûr qu’ils ne le feraient pas », a-t-il martelé au sujet des Britanniques. « Ce serait éminemment stupide ».

Vendredi, la chaîne Fox News a indiqué ne pas être en mesure de confirmer les allégations d’Andrew Napolitano, intervenant régulier sur son antenne.

« Notre mission au sein du renseignement est d’être apolitique », a affirmé Rick Ledgett, « de dire la vérité aux dirigeants ».

Début mars, le président des États-Unis a accusé son prédécesseur de l’avoir placé sur écoute avant l’élection présidentielle, sans apporter aucun élément de preuve à l’appui de son assertion.

Vendredi, lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, il a maintenu implicitement ces accusations.

Les commentaires sont fermés.