Nouveaux raids américains meurtriers contre Al-Qaïda au Yémen

0
(Archives/US Air Force)

Remis à jour le 03/03/2017 à 12h19

Des avions de combat américains ont frappé vendredi pour la deuxième journée consécutive des cibles d’Al-Qaïda au Yémen, tuant huit membres du réseau djihadiste, ont indiqué des sources américaine et yéménites.

Les forces américaines ont mené « environ 10 » frappes au Yémen vendredi, a affirmé à l’AFP un responsable du département de la Défense à Washington.

Des attaques similaires avaient visé la veille des caches d’armes, des combattants et de l’équipement militaire d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), a ajouté cette même source.

Le Pentagone avait annoncé jeudi avoir mené une vingtaine de frappes contre le groupe djihadiste dans les province d’Abyane (sud), de Chabwa (sud) et de Baïda (centre). Ces raids, inhabituels par leur intensité, avaient coûté la vie à au moins 12 combattants d’Al-Qaïda, selon des sources sécuritaires et tribales.

Les raids de vendredi ont visé avant l’aube trois maisons dans la vallée de Yashbam –un fief d’Aqpa– près de la localité d’Al-Saïd dans la province de Chabwa, dont celle du chef d’Al-Qaïda pour cette province, Saad Atef, selon les sources tribales.

Huit membres d’Al-Qaïda ont été tués, ont indiqué des responsables yéménites de la sécurité. Des femmes et des enfants ont été blessés, selon des sources tribales.

Les djihadistes ont riposté avec des tirs de défense antiaérienne (DCA), ont ajouté les responsables de sécurité et tribaux.

Un habitant de la localité d’Al-Saïd a parlé d’une « nuit terrifiante ».

Les États-Unis procèdent depuis des années à des bombardements contre Aqpa, considérée comme la branche la plus dangereuse d’Al-Qaïda, mais le rythme des opérations a augmenté ces derniers mois.

« Al-Qaïda profite des zones non gouvernées du Yémen pour préparer, diriger ou inspirer des attaques terroristes contre les États-Unis et leurs alliés », soulignait jeudi le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

Les responsables militaires américains ont toutefois refusé de confirmer des informations diffusées par Al-Qaïda, selon lesquelles des navires et des commandos avaient aussi été utilisés dans les attaques de jeudi.

Le 29 janvier, un raid des forces spéciales américaines contre Al-Qaïda dans la province de Baïda avait mal tourné: cette première opération d’envergure sous l’administration Trump s’était soldée par la mort de femmes, d’enfants et d’un soldat américain.

Aqpa et le groupe État islamique (EI), son rival, ont profité du chaos engendré par la guerre au Yémen pour étendre leur zone influence notamment dans le sud et le sud-est du pays.

Depuis mars 2015, les forces gouvernementales, soutenues par une coalition arabe sous commandement saoudien, tentent de défaire des rebelles yéménites qui se sont emparés d’une partie du territoire dont la capitale Sanaa.

Les commentaires sont fermés.