Attentat à Paris sur les Champs-Élysées: l’auteur était l’objet d’une enquête antiterroriste

0

L’homme qui a abattu jeudi un policier sur les Champs-Elysées à Paris était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, a-t-on appris de sources proches de l’enquête. Il s’agirait selon les médias de Karim Cheurfi, fiché S, déjà condamné dans le passé pour triple tentative assassinats sur des policiers.

Incontestablement du grain à moudre pour certains candidats à moins de trois jours du premier tour la présidentielle le 23 avril.

En outre, la police française aurait lancé hier soir un avis de recherche visant Youssouf El Osri, le Belge considéré comme complice présumé tueur.

L’identité de l’attaquant qui a tué un policier et en a blessé deux autres jeudi soir sur les Champs-Elysées « est connue et a été vérifiée », a bien annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins, qui s’est toutefois refusé à donner l’identité de l’homme, en raison des nécessités de l’enquête.

Une perquisition était`alors en cours dans la nuit dans le département de la Seine-et-Marne, près de Paris, au domicile de l’auteur présumé de l’attentat, un Français de 39 ans. Il s’agit du titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l’attentat. L’assaillant a été abattu par la police au cours de la fusillade.

Les perquisitions et investigations sont en cours pour établir « s’il a bénéficié ou pas de complicités », a également précisé François Molins, qui donnera un point de presse dans la journée de vendredi.

L’attentat a aussi été revendiqué dans un communiqué par l’organisation djihadiste État islamique (EI) dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq. « L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’État islamique », a écrit Amaq.

Un individu connu au passé chargé

L’auteur présumé avait déja été condamné en février 2005 à quinze ans de réclusion pour trois tentatives d’homicide volontaire, dont deux visant des policiers. Il avait reconnu les faits lors de son procès en appel. En première instance en 2003 devant une cour d’assises, il avait été condamné à 20 ans de réclusion criminelle.

Son procès trouvait son origine dans une course-poursuite en 2001. Alors qu’il circulait au volant d’une voiture volée, armé d’un revolver, il avait percuté un véhicule conduit par deux frères dont l’un d’eux était élève policier.

Le chauffard avait pris la fuite à pied avant d’être rattrapé par le conducteur de la voiture percutée et son frère muni d’un brassard « police ». Le chauffard avait tiré deux balles, les blessant grièvement tous deux au thorax. Il avait été arrêté peu après et placé en garde à vue sous un faux nom.

Deux jours plus tard, il avait grièvement blessé un policier qui le sortait de sa cellule et dont il avait saisi l’arme, faisant feu à plusieurs reprises.

Rappel des précédents attentats Djihadistes commis depuis janvier 2015 en France, après l’attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) lors de laquelle un policier a été tué jeudi sur les Champs-Elysées à Paris:

– 26 juil 2016: Le père Jacques Hamel, prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray, dans l’ouest de la France, est égorgé dans son église par deux Djihadistes, Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche, qui sont abattus par la police. L’assassinat est revendiqué par l’EI.

– 14 juil 2016: Un Tunisien de 31 ans, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, fonce dans la foule au volant d’un camion quelques instants après le feu d’artifice de la fête nationale à Nice, sur la Côte d’Azur, tuant 86 personnes et en blessant plus de 400. Lahouaiej-Bouhlel est tué par la police. L’attentat est revendiqué par l’EI.

– 13 juin 2016: Un policier de Magnanville, en région parisienne, et sa compagne employée dans un commissariat sont assassinés chez eux par un jihadiste de 25 ans. Larossi Abballa, qui avait revendiqué son action sur Twitter et Facebook au nom de l’EI, est tué par le Raid, une unité d’élite de la police.

– 13 nov 2015: La France est frappée par les pires attaques terroristes de son histoire. Des tueurs font 130 morts et plus de 350 blessés à Paris, dans la salle de concerts du Bataclan, aux terrasses de plusieurs bars et restaurants et près du Stade de France, à Saint-Denis. L’EI revendique ces attentats.

– 26 juin 2015: Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara à Chassieu, dans le sud-est, puis, brandissant des drapeaux islamistes, tente de faire exploser une usine en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz, avant d’être arrêté.

– 7-9 jan 2015: Les frères Chérif et Saïd Kouachi tuent 12 personnes le 7 janvier au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. Après deux jours de cavale, les deux tueurs seront tués par les forces de l’ordre.

Le 8 janvier, Amedy Coulibaly tue une policière à Montrouge, au sud de Paris. Le 9 janvier, il prend en otages les clients et employés d’un supermarché casher et tue quatre d’entre eux, tous juifs. Il est abattu dans l’assaut donné par la police.

Les frères Kouachi s’étaient réclamés d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Amedy Coulibaly de l’EI.

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.