Corée du Nord: le Pentagone confirme que Pyongyang a raté un nouveau tir de missile

Échec dimanche 16 avril 2017 (en Corée du Nord) d'un nouveau tir de missile nord-coréen. (Globe)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Échec dimanche 16 avril 2017 (en Corée du Nord) d’un nouveau tir de missile nord-coréen. (Globe)

Le Pentagone a confirmé la tentative nord-coréenne de réaliser un nouveau tir de missile dimanche matin (en Corée du Nord), mais affirmé que ce test avait « presque immédiatement échoué ».
—–
Mise à jour 15/04/2017 20h53

Le Pentagone vient de publier un très bref communiqué du secrétaire à la Défense James Mattis: « Le président et son équipe militaire ont été informés du lancement raté de missiles de la Corée du Nord. Le président ne fera pas d’autre commentaire. »

—-

« Le commandement des forces américaines dans le Pacifique a détecté et suivi ce que nous estimons être un tir de missile nord-coréen a 11h21 heure de Hawaï (21h21 GMT), le 15 avril », a déclaré Dave Benham, son porte-parole: mais « le missile a presque immédiatement explosé », confirmant ainsi les affirmations du ministre sud-coréen de la Défense quelques minutes plus tôt.

« Le commandement américain dans le Pacifique reste pleinement engagé dans sa volonté de travailler étroitement avec nos alliés en Corée du Sud et au Japon, afin de maintenir la sécurité » dans la région, a ajouté le porte-parole.

La Corée du Nord a échoué dimanche dans sa tentative d’effectuer un nouveau tir de missile, avait affirmé plus tôt le ministre de la Défense sud-coréen dans un communiqué. «La Corée du Nord a tenté de tester un type de missile non identifié ce matin, depuis la zone de Sinpo, dans la province de Hamkyong, mais nous estimons que ce test a échoué», a précisé le ministre, au sujet de ce tir largement attendu de la part du régime de Pyongyang, alors que la tension est au plus haut avec les États-Unis depuis que le président Donald Trump a affirmé jeudi sa volonté de «traiter» le «problème» nord-coréen.

Un représentant de la Maison Blanche a précisé de son côté que le président Donald Trump « avait été informé » de ce tir raté.

Ce tir raté est intervenu moins de 24 heures après la gigantesque parade militaire organisée par le régime de Pyongyang samedi, pour le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung. Parade lors de laquelle l’armée nord-coréenne a exhibé une soixantaine de missiles, et notamment ce qui semblait être un nouveau type de missile balistique intercontinental.

Les ambitions de Pyongyang dans le secteur nucléaire sont à l’origine de la tension grandissante avec les États-Unis ces dernières semaines. Le président Trump a même menacé d’agir de façon unilatérale sur ce dossier si Pékin, allié traditionnel de la Corée du Nord, ne réussissait pas à faire entendre raison à son turbulent voisin.

À l’appui de ces menaces, et en réponse à plusieurs tirs de missiles récents de la part de Pyongyang, les États-Unis ont annoncé le 9 avril que le porte-avions Carl Vinson et son escadre de destroyers et de croiseurs lance-missiles avaient reçu l’ordre de faire route vers la péninsule coréenne.

À ce jour, la Corée du Nord a signé cinq essais nucléaires au total, les deux derniers en 2016, et de récentes images satellites semblent démontrer qu’elle préparerait un sixième test.

Selon les services de renseignement, le régime de Pyongyang pourrait disposer de l’arme nucléaire et frapper le sol américain d’ici moins de deux ans.