L’Armée canadienne met en place un processus d’enrôlement accéléré pour la Première réserve

L’enrôlement accéléré pourrait être une solution aus délais et aux problèmes de recrutement dans la Première Réserve.(Twitter/@Armeecanadienne)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
L’enrôlement accéléré pourrait être une solution aux délais et aux problèmes de recrutement dans la Première Réserve. (Twitter/@Armeecanadienne)

Après avoir testé un nouveau processus d’enrôlement accéléré à la 5e Division du Canada à l’automne 2016, l’Armée a annoncé aujourd’hui qu’elle allait assumer la pleine responsabilité du recrutement des candidats pour la Réserve de l’Armée canadienne.

À compter d’avril, l’Armée assumera pour le compte des Forces armées canadiennes la pleine responsabilité du recrutement et de l’enrôlement au sein de ses unités de réserve à l’échelle du pays. Ce changement vise à assurer la viabilité et la croissance de la Réserve de l’Armée canadienne, grâce à la mise en place d’un processus accéléré qui simplifiera l’enrôlement.

Ce nouveau processus permettra l’enrôlement des candidats dans la Réserve de l’Armée canadienne en quelques semaines plutôt qu’en plusieurs mois. Ils continueront d’être assujettis aux mêmes exigences sur le plan médical, de la sécurité, de la condition physique et des aptitudes. Les étapes du recrutement seront synchronisées durant deux visites, ce qui accélérera le processus tout en assurant le maintien de normes de qualité élevées. Pour ce faire, les ressources seront décentralisées et un plus grand pouvoir sera conféré aux groupes-brigades de réserve.

L’amélioration du processus de recrutement n’est qu’une des nombreuses initiatives prévues dans le cadre des efforts de renforcement de la Réserve de l’Armée, en vue d’accroître sa capacité à produire des effets opérationnels.

Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale, et lui-même ancien réserviste, rappelle que «les réservistes jouent un rôle essentiel à la réussite des opérations canadiennes au pays et à l’étranger. Ce changement contribuera grandement à rehausser l’expérience des réservistes au sein des FAC dès leur arrivée dans l’organisation. La simplification et la rationalisation du recrutement des réservistes constituent une étape importante vers l’amélioration de nos processus et de nos normes.»

Pour sa part le lieutenant-général Paul Wynnyk, commandant de l’Armée canadienne, estime que «les réservistes sont une composante clé de l’Armée canadienne. Ils jouent un rôle de soutien indispensable dans le cadre des opérations nationales et expéditionnaires. Le rapatriement des pouvoirs de recrutement au niveau de l’unité accélérera l’enrôlement, renforcera les unités et accroîtra l’efficacité de la Réserve de l’Armée Je suis très heureux de cette nouvelle orientation.»

«La carrière des réservistes pourra dorénavant être gérée localement par les unités d’appartenance elles-mêmes, du premier jour jusqu’à la libération. Ce changement contribuera non seulement à assurer un moral élevé, mais aussi à accroître le maintien en poste à long terme. Il s’agit d’une initiative hautement prioritaire pour l’Armée canadienne et la Réserve de l’Armée», a indiqué le Brigadier-général Rob Roy MacKenzie, chef d’état-major, Réserve de l’Armée canadienne.

Au cours des trois prochaines années, l’Armée canadienne mettra en branle une série d’initiatives visant à renforcer la Réserve de l’Armée. Il reste encore beaucoup de travail à faire, mais le transfert des responsabilités du recrutement de réserve constitue une étape positive et nécessaire pour préparer l’Armée de demain.

À l’automne 2016, le nouveau processus a été mis à l’essai avec succès à la 5e Division du Canada, dans le Canada atlantique, afin de valider le concept. Les progrès ont fait l’objet d’un suivi étroit, et des ajustements ont été apportés en cours de route, à la lumière des leçons retenues.

La passation des responsabilités de recrutement de la Réserve de l’Armée est une étape importante que l’Armée canadienne a prise pour remédier aux lacunes qui entraînaient d’importants retards. Dans certains cas, ces retards ont fait en sorte que les candidats ont envisagé d’autres options d’emploi alors qu’ils attendaient d’être acceptés dans la Force de réserve.

Les étapes de traitement des dossiers et les exigences demeureront largement inchangées. Le déroulement de ces étapes sera toutefois mieux synchronisé afin de rendre le processus plus rapide et efficace. Les candidats devront toujours effectuer des tests d’aptitude et passer des entrevues pour l’évaluation de leur personnalité. L’intégrité des normes de recrutement, sur plan médical, de la condition physique et de la sécurité, ne sera en aucun cas compromise.

À noter que la Marine royale canadienne a également mis en application un processus d’enrôlement accéléré à destination de la Réserve navale. Ne reste plus que l’Aviation !