Passation de commandement pour l’Opération KOBOLD

0
123
Le lieutenant-colonel Simon Poudrier (à gauche), commandant sortant, et le lieutenant-colonel Kenneth Mills (à droite), nouveau commandant, ainsi que le commandant de la Force pour le Kosovo (KFOR), le major-général Giovanni Fungo (au centre), signent les documents de transfert de pouvoirs le 27 avril 2017, à Pristina, au Kosovo, pour le commandement de l’Op KOBOLD. (MDN)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le lieutenant-colonel Simon Poudrier (à gauche), commandant sortant, et le lieutenant-colonel Kenneth Mills (à droite), nouveau commandant, ainsi que le commandant de la Force pour le Kosovo (KFOR), le major-général Giovanni Fungo (au centre), signent les documents de transfert de pouvoirs le 27 avril 2017, à Pristina, au Kosovo, pour le commandement de l’Op KOBOLD. (MDN)

Le nouveau commandant de l’Opération KOBOLD, le lieutenant-colonel Kenneth Mills, a succédé au lieutenant-colonel Simon Poudrier aujourd’hui, lors d’une cérémonie tenue au quartier général de l’OTAN à Pristina, au Kosovo.

La cérémonie souligne la transition entre les rotations 15 et 16 de l’Opération KOBOLD, la contribution du Canada à la Force pour le Kosovo (KFOR). Il s’agit de l’opération de soutien de la paix dirigée par l’OTAN dont l’objectif est d’établir et de renforcer la Force de sécurité du Kosovo.

Ce déploiement démontre l’engagement du Canada envers l’OTAN, sa solidarité envers ses alliés et sa volonté d’assurer le maintien de la paix et la stabilité dans cette région de l’Europe de l’Est.

Citations

« Je suis honoré de diriger la contribution du Canada à la Force pour le Kosovo de l’OTAN. Mes collègues et moi-même sommes enthousiastes pour l’opportunité de démontrer l’engagement soutenu du Canada envers nos partenaires de l’OTAN et nos alliés en vue de maintenir un climat de sécurité dans cette région de l’Europe de l’Est. »

Le lieutenant-colonel Kenneth Mills, nouveau commandant, Force opérationnelle Pristina, Opération KOBOLD

« Je suis extrêmement fier d’avoir dirigé cette équipe professionnelle et dévouée de membres des Forces armées canadiennes professionnelle au cours des six derniers mois. Je quitte cette mission avec un grand sentiment d’accomplissement et je tiens à souligner les réalisations du personnel déployé dans le cadre de l’Op KOBOLD en vue du maintien de la paix et de la sécurité dans la région. »

Le lieutenant-colonel Simon Poudrier, commandant sortant, Force opérationnelle Pristina, Opération KOBOLD

Faits en bref

À titre de commandant de la Force opérationnelle Pristina, le lieutenant-colonel Mills dirige une équipe de 4 membres des Forces armées canadiennes (FAC). Ces membres des FAC expérimentés jouent divers rôles au quartier général de la Force pour le Kosovo, y compris aider au renforcement de la Force de sécurité du Kosovo, ainsi que coordonner le soutien logistique à la force de l’OTAN.

Le Canada appuie la Force pour le Kosovo périodiquement depuis son établissement en juin 1999. Au début, les FAC avaient déployé une force opérationnelle jusqu’en juin 2000 dans le cadre de l’Opération KINETIC. En août 2008, les FAC ont commencé à déployer des officiers d’état-major au quartier général de la Force pour le Kosovo, ce qu’elles font encore aujourd’hui.

La Force pour le Kosovo (KFOR) a été mise sur pied en juin 1999, lorsque la campagne aérienne de 78 jours de l’OTAN contre le régime de Slobodan Milosevic a pris fin. La campagne avait pour but de mettre fin à la violence au Kosovo. La KFOR tire son mandat de la Résolution 1244 (1999) et de l’Accord militaire technique conclu entre l’OTAN, la République fédérale de Yougoslavie et la Serbie.

En date d’octobre 2016, la KFOR comprend près de 4 600 troupes de 30 nations, dont 21 sont membres de l’OTAN. Elle consiste en deux groupes tactiques multinationaux appuyés par un bataillon de réserve, une unité spécialisée, un groupe logistique interarmées et un quartier général. La KFOR collabore étroitement avec l’Union européenne (UE), particulièrement avec la mission « État de droit » menée par l’UE au Kosovo (EULEX), les Nations Unies et un grand nombre d’organisations non gouvernementales.