Dix soldats afghans tués dans l’assaut d’une base par des insurgés

0
Des soldats afghans lors d’une cérémonie à Kaboul, le 16 mai 2017. (AFP/WAKIL KOHSAR)

Au moins dix soldats afghans ont été tués lors d’une attaque menée par des insurgés contre une base militaire de la province de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan, a indiqué mardi le ministère de la Défense.

L’attaque est survenue dans le district de Shah Wali Kot tard lundi, au lendemain de la mort de 20 policiers dans un assaut des talibans contre leurs positions dans la province voisine de Zaboul.

Aucun groupe n’a revendiqué l’assaut de Kandahar pour le moment, mais il intervient alors que les talibans, en pleine résurgence 15 ans après avoir été chassés du pouvoir par les Etats-Unis, ont lancé leur offensive de printemps.

« La nuit dernière, les ennemis de l’Afghanistan ont attaqué le camp Achakzaï abritant le corps d’armée 205 », a indiqué le ministère dans un communiqué. « Dix courageux soldats ont été tués et neuf blessés », a-t-il ajouté, précisant que les blessés était hospitalisés dans un état stable.

Cette nouvelle attaque est un coup dur pour les forces afghanes soutenues par l’Occident, souvent mal encadrées et équipées, minées par les désertions et la corruption, qui subissent des pertes records.

Elle intervient un mois après que les talibans ont tué au moins 135 membres de forces de sécurité dans la province de Balkh (nord), la plus meurtrière attaque insurgée contre une base militaire afghane depuis 2001.

Dimanche, lorsque des talibans ont lancé une attaque coordonnée contre six postes avancés à Zaboul, les policiers assaillis ont appelé des journalistes pour les prévenir de l’attaque faute de pouvoir joindre leurs responsables, ont rapporté les médias afghans.

En février, seulement 60% des 407 districts étaient considérés comme contrôlés par les forces gouvernementales afghanes, à la peine face aux talibans, selon le Sigar, organisme du Congrès américain chargé de vérifier l’action des États-Unis en Afghanistan.

Kaboul, la capitale fortifiée, est régulièrement frappée. Samedi soir, des assaillants armés s’en sont pris aux locaux d’une ONG suédoise, tuant une ressortissante allemande et un garde afghan, et enlevant une Finlandaise. La police a indiqué privilégier la piste « terroriste », laissant entendre que les talibans pourraient être impliqués, mais l’opération n’a pas été revendiquée.

Les talibans ont lancé fin avril leur traditionnelle offensive de printemps, menaçant de s’en prendre « principalement » aux « forces étrangères, leurs infrastructures militaires et de renseignement (et à) leurs mercenaires locaux ».

Le regain des combats intervient alors que les États-Unis tentent de mettre au point leur stratégie pour l’Afghanistan.

Le chef du Pentagone Jim Mattis a récemment dit s’attendre à « une nouvelle année difficile » pour les troupes afghanes comme étrangères dans le pays.

Le président américain réfléchit à l’envoi de milliers de troupes supplémentaires pour sortir de l’impasse contre les insurgés.

Les États-Unis, qui sont engagés en Afghanistan dans le plus long conflit de leur histoire, comptent 8.400 hommes stationnés dans le pays aux côtés de 5.000 hommes envoyés par des alliés de l’Otan, dont la mission principale est de former et conseiller les troupes afghanes.

Les commentaires sont fermés.